Publié par CEMO Centre - Paris
ad a b
ad ad ad

Mort de la terroriste Hanan Abou al-Hinaa qui avait travaillé pour “Qatar Charity” en France

dimanche 13/octobre/2019 - 06:29
La Reference
طباعة

Le site français Valeurs Actuelles a affirmé que les autorités françaises avaient obtenu des preuves que la terroriste Hanan Abou Al-Hinaa, qui a été tuée lors d’une poursuite de la police française pour l’arrêter ainsi que son mari extrémiste, Michaël Chiolo, travaillait pour une organisation caritative qatarie accusé de financer le terrorisme.

Les forces spéciales du ministère français de l’Intérieur avaient fait une descente pour arrêter Chiolo, et Hanan Abou Al-Hanaa avait été atteinte par une balle et était morte, suite à leur tentative d’exécuter une opération terroriste dans la prison de Condé-sur-Sarthe dans l’Orne au nord-ouest de la France.

Le site français a ajouté que les preuves comprennent un courrier électronique échangé avec des personnalités qataries gérant une organisation caritative qatarie et qui faisaient l’éloge de la performance de Hanan Abou Al-Hinaa qui a participé avec son mari emprisonné à l’opération terroriste en lui fournissant un couteau, qu’il a utilisé pour poignarder les geôliers, les blessant grièvement.

Les forces spéciales ont été obligées d’ouvrir le feu en pénétrant dans l’unité des familles de la prison de Condé-sur-Sarthe, pour arrêter Chiolo, âgé de 27 ans, après qu’il se soit retranché avec sa femme Hanan Abou Al-Hanaa à l’intérieur de l’unité pendant 10 heures. 

Les enquêtes ont révélé que la terroriste Hanan Abou Al-Hanaa avait fait passer clandestinement des couteaux en céramique, cachés dans ses affaires personnelles, en visitant son mari, et les appareils de détection de métaux de la prison ne les avaient pas faits apparaître. Notons que celui-ci purgeait une peine de 30 ans pour crimes d’enlèvement ayant provoqué la mort, de vol à main armée et de promotion du terrorisme.

Tendances radicales

Les rapports de presse avaient indiqué au début, suite à l’attaque, que Hanan Abou Al-Hanaa était une femme « fragile », « naïve », et qu’elle « avait été manipulée » par des activistes extrémistes. Mais les enquêtes ont révélé que Hanan, qui est morte à l’âge de 34 ans, avait évolué vers le radicalisme il y a quelques années avant l’attaque terroriste, et qu’elle portait le niqab après son mariage avec Chiolo qui lui, avait embrassé l’islam, avant de s’orienter vers l’extrémisme et d’être condamné pour crimes terroristes.

L’organisation des Frères en France

Les enquêtes de la police française ont révélé que Hanan vivait à Illzach, l’une des banlieues de Mulhouse dans le Haut Rhin, à proximité de la mosquée An-Nour, qui est l’un des plus grands lieux de culte musulman en France et en Europe.

Selon les informations obtenues par le site Valeurs Actuelles, la mosquée an-Nour est soumise à une « surveillance spéciale » de la part des services de renseignements et de sécurité français, et Hanan Abou Al-Hanaa a occupé le poste d’adjoint exécutif du Fonds de dotation Passerelles, dépendant du Centre islamique de la Mosquée an-Nour.

"