La Reference : Massoud l'Afghan, icône dans son pays (طباعة)
Massoud l'Afghan, icône dans son pays
آخر تحديث: الأربعاء 10/07/2019 04:34 م
Massoud l'Afghan,
En Afghanistan, la figure de Massoud est partout. Des murs de Kaboul et de ses magasins, à la vallée du Panshir qu'il a défendue pendant l'invasion soviétique (1979-1989) puis face au régime des talibans (1996-2001), l'homme coiffé de son célèbre pakol est omniprésent. Fait "héros national" après son assassinat il y a 17 ans, Ahmad Shah Massoud est désormais une icône dans son pays.

fréquemment appelé le commandant Massoud, il était le commandant du Front uni islamique et national pour le salut de l'Afghanistan, du Jamiat-e Islami et le chef de l'Armée islamique, une armée ayant combattu contre l'occupation soviétique puis le régime des talibans de 1996 à 2001.

Sa réputation de chef militaire, et notamment son surnom de « Lion du Pandjchir », vient du fait qu'il a réussi à repousser sept attaques d'envergure des troupes soviétiques contre la vallée du Pandjchir, au nord-est de Kaboul. Attribué à Al-Qaïda, son assassinat par attentat-suicide survient deux jours avant les évènements du 11 septembre 20011

Ahmed Chah Massoud est né en 19532 dans le village de Bazarak, au Pandjchir, en Afghanistan. Son nom de naissance est Ahmed Chah. Il prend le nom de « Massoud » comme nom de guerre pendant le mouvement de résistance de 19743. Son père, Dost Mohammed Khan, est alors colonel dans l'armée royale afghane. De son Pandjchir natal, sa famille habite brièvement à Herat avant de s'installer à Kaboul, où Massoud passera son enfance3. Massoud étudie au renommé Lycée français de Kaboul4. Considéré comme un élève doué, il poursuit des études d'ingénieur à l'Université de Kaboul5. Massoud parle persanpachtoourdou et français, et sait lire l'anglais4.

En 1973, Mohammed Daoud Khan est élevé au pouvoir par un coup d'État soutenu par le parti communiste afghan, établissant la République d'Afghanistan. Ces évènements donnent naissance au mouvement islamiste et islamique, opposé à la progression de l'influence communiste et soviétique dans le pays6. Pendant ce temps, alors qu'il est étudiant à l'Université de Kaboul, Massoud participe à l'« Organisation de la jeunesse musulmane » (Sazman-i Jawanan-i Musulman), la branche estudiantine du Jamiat-e Islami (« Société islamique »), dont le président est Burhanuddin Rabbani. L'Université de Kaboul est le centre de l'activisme politique durant cette période7.

En 1975, après un soulèvement raté de la Jeunesse musulmane, un schisme profond et durable se forme entre modérés et radicaux6. La « Société islamique » se scinde entre les partisans de la modération rassemblés autour de Massoud et Rabbani, au sein du Jamiat-e Islami, et les éléments islamistes radicaux entourant Gulbuddin Hekmatyar, qui fonde le Hezb-e Islami7. Le conflit atteint une telle intensité que Hekmatyar tente d'assassiner le jeune Massoud, alors âgé de 22 ans4,6.

Les communistes prennent officiellement le pouvoir en 1978. Pensant qu'une révolte armée contre les communistes recevrait le soutien du peuple, Massoud, le 6 juillet 1979, commence une insurrection dans le Pandjchir, qui d'abord échoue. Il décide d'éviter une confrontation conventionnelle contre les nombreuses forces gouvernementales et de mener une guerre de guerilla8. Par la suite, il prend l'entier contrôle du Pandjchir et chasse les troupes communistes afghanes. Pendant la période suivante, le prestige personnel et l'efficacité de l'organisation militaire persuade les commandants locaux de venir et apprendre auprès de Massoud9. Dès le début de la guerre, les moujahidines de Massoud attaquent les forces d'occupation soviétiques, prennent en embuscade les convois afghans et soviétiques traversant la passe de Salang, et provoquent des pénuries de carburant dans Kaboul10.

Malgré de constantes attaques de la part de l'Armée rouge et de l'armée afghane, Massoud augmente sa force militaire. Ayant débuté en 1980 avec une force de 1 000 guerilleros mal équipés, les moujahidines de la vallée du Pandjchir atteignent un effectif de 5 000 hommes en 198410. Après avoir étendu son influence autour de la vallée, Massoud accroît ses forces de résistance à 13 000 combattants en 19898. L'armement des moujahidines est constitué d'armement soviétique pris à l'ennemi. La plupart des armes et munitions sont récupérées sur le champ de bataille, seuls 20 % de l'armement sont importés par les caravanes11.

Pour organiser le soutien des moujahidines, Massoud établit un système administratif où sont appliqués la loi et l'ordre (nazm) dans les secteurs sous son contrôle. Le Pandjchir est divisé en 22 bases (qarargah) gouvernées par un commandant militaire et un administrateur civil, disposant chacune d'un juge, d'un procureur et d'un avocat d'office12.

Massoud instaure des institutions politiques démocratiques fondées autour de cinq comités : un comité militaire, chargé du recrutement et de la répartition des armes, des vêtements et des vivres ; un comité économique, chargé de l'approvisionnement de la vallée, du prélèvement des taxes et de la monnaie : l'afghani d'avant 1978 ; un comité culturel, chargé de la propagande et notamment la diffusion des affiches du Jamiat-e Islami exilé au Pakistan ; un comité des services secrets, chargé de recueillir le renseignement, infiltré partout dans Kaboul, jusque dans l'état-major des armées ; et enfin un comité judiciaire, chargé de juger les prisonniers de guerre. Une prison est créée spécialement à cet effet. Elle contient essentiellement des officiers et des militants communistes. Les prisonniers de guerre afghans sont désarmés et relâchés, et rejoignent éventuellement la résistance afghane. Un hôpital est également mis en place, avec l'aide de médecins français de l'Aide médicale internationale11.

Massoud forme lui-même les combattants de la liberté. Sa popularité attire des commandants d'autres régions pour former leurs troupes, auprès de Massoud. L'entraînement dure deux mois et les opérations militaires sont limitées à quinze jours, après lesquels les moujahidines peuvent retourner auprès de leur famille. La résistance populaire et organisée, met à mal les troupes soviétiques constituées, pour la plupart, d'appelés du contingent11.

À un journaliste français étonné du succès de la résistance, Massoud répond : « Je pense que notre succès est dû à quatre raisons : la première, c'est que nous combattons tous, le combattant fait la guerre avec l'ennemi pour gagner le Janat (« jardin de Dieu »). Ils pensent ainsi : si nous mourons, nous gagnerons le Janat. Pour cette raison, ils n'ont pas peur de la mort. La première raison, c'est l'aide de Dieu. La deuxième raison, c'est que les moujahidines sont très courageux, ils sont prêts à continuer la guerre. La troisième raison, c'est la structure de la vallée, faite de montagnes et de rivières. Elle nous est favorable, et défavorable à l'ennemi. La quatrième raison, c'est que l'ennemi ne connaît pas cette vallée11. »

En 1985, Massoud passe une trêve de deux ans avec les généraux soviétiques, qui lui permet d'étendre son influence dans tout le nord-est du pays13. En 1986, au plus fort de la guerre contre les troupes soviétiques, Ahmed Shah Massoud fonde le Shura-e Nazar (« conseil de surveillance »). Ce conseil va vite devenir le véritable centre politique de tout le nord de l'Afghanistan. Les provinces de KapisaParwanKaboulKunduzBaghlanBalkhTakhar et Badakhshan se trouvent pour la première fois rassemblées sous un seul commandement. Cette organisation est alimentée essentiellement par l’aide humanitaire, le commerce d’émeraude et de lapis-lazuli et, vraisemblablement, par le trafic de drogue14..