La Reference : Enlèvements et enrôlement forcé, crimes de guerre des Houthis contre les femmes yéménites (طباعة)
Enlèvements et enrôlement forcé, crimes de guerre des Houthis contre les femmes yéménites
آخر تحديث: الأربعاء 25/03/2020 12:26 ص
Enlèvements et enrôlement

Depuis que la milice houthie ait déclenché sa guerre absurde en été 2014 au Yémen, cette faction soutenue par l'Iran a commis de nombreux crimes et violations contre les femmes. Par les enlèvements, le meurtre ou et l’enrôlement forcé en particulier dans les zones sous leur contrôle, les Houthis traumatisent la gente féminine.

Elle a kidnappé sept directeurs d'école dans la capitale, Sanaa, et les a emmenés vers une destination inconnue, selon un rapport du Ministère yéménite des Droits de l'Homme, le mercredi 18 mars 2020.

Violations graves et arbitraires

Le ministre yéménite des Droits de Homme, Muhammad Askar, a twitté mercredi 18 mars que les femmes yéménites souffraient de violations graves et arbitraires. Elles sont enlevées et emmenées dans des lieux inconnus, par la milice houthie.

Selon le Ministère des Droits de l'Homme, les femmes enlevées sont soumises aux crimes et violations les plus odieux, surtout qu’elles n’ont même pas droit aux visites.

Le ministre de l'Information, Mouammar Al-Iryani, a pour sa part déclaré, le mardi 17 mars 2020 que les milices houthies commettaient des « crimes terroristes dans le prolongement de la série d'enlèvements et de sévices à l'égard des femmes », soulignant qu'il s'agissait d'un défi flagrant à toutes les valeurs, principes et normes, appelant la communauté internationale à condamner explicitement ces crimes.

En novembre 2019, la Coalition yéménite pour la surveillance des violations des droits de l'Homme dite « Alliance de surveillance », a affirmé que le nombre de femmes enlevées, disparues et torturées avait atteint 303 dans divers gouvernorats entre septembre 2014 et mai 2019.

Rapport des crimes alarmants

L’Alliance de surveillance a déclaré dans un rapport publié récemment, à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, qu’elle a documenté depuis 2014 que la milice putschiste houthie avait kidnappé de nombreuses femmes yéménites dans la capitale, Sanaa, et dans un certain nombre de gouvernorats du pays et que de nombreuses femmes travaillant dans les domaines humanitaire, médiatique et judicaire en étaient les principales victimes.

Elle a souligné que le nombre de femmes enlevées s'élevait à 220, dont 87 militantes politiques, 30 étudiantes, 10 femmes de la communauté baha'ie minoritaire et 6 militantes des droits de l’Homme, entre autres.

Le rapport a souligné que les femmes yéménites n'étaient pas à l'abri des violations odieuses subies par les hommes dans les zones contrôlées par la milice houthie, où celle-ci kidnappé et torturé 87 femmes, du début 2018 à mai 2019, et a également tué 199 femmes pendant la même période.