La Reference : La France plongée dans une récession historique (طباعة)
La France plongée dans une récession historique
آخر تحديث: السبت 01/08/2020 01:09 ص
La France plongée

Alors que le gouvernement s'apprête à partir en vacances, l'Insee est venu vendredi matin assombrir l'ambiance, en rappelant la violence de la crise éco­nomique traversée par le pays. Au deuxième trimestre, suite à l'instauration du confinement, l'économie hexagonale s'est bruta­lement effondrée. Le produit intérieur brut (PIB) a plongé de 13,8 %, soit le plus fort recul d'activité connu depuis l'après-guerre. Au cœur de la tempête, en avril, l'économie française ne fonctionnait plus qu'à 50 % de son rythme normal. Certains secteurs comme le bâtiment ou la restauration était entièrement à l'arrêt.

Depuis ce plancher, le pays ­remonte peu à peu la pente. En juin, les créations d'entreprises ou la consommation des ménages ont retrouvé leur niveau de février. La reprise est même plus rapide qu'anticipée. Pour le deuxième ­trimestre, l'Insee tablait sur une chute du PIB de 17 %.

Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie, a attribué ce mieux, ou plutôt « moins pire », à sa politique. « Nous ne sommes pas impuissants face à la crise. Si nous prenons les bonnes décisions, pour soutenir la demande, les entre­prises, sauver les emplois avec le chômage partiel, cela donne des résultats », a-t-il assuré sur LCI. En termes macroéconomiques, le pire serait donc désormais derrière nous. Le choc n'a en revanche pas fini de se propager dans l'économie réelle : de nombreuses faillites sont attendues à la rentrée, tandis que la Banque de France table sur un taux de chômage de 11,8 % au premier semestre 2021, contre 7,8 % un an plus tôt.

La comparaison internationale inquiète aussi. Le coronavirus a frappé tous les pays, mais les conséquences sur l'économie ne sont pas toutes de même ampleur. En moyenne dans la zone euro, le PIB a plongé de 12,1 % au deuxième trimestre. La France se situe donc du côté des mauvais élèves. Pour Philippe Martin, le président délégué du Conseil d'analyse économique, rien d'étonnant. « Le meilleur indicateur de prédiction de la chute du PIB pendant le confinement était l'intensité des mesures de restriction. Les confinements français et espagnols ayant été particulièrement sévères, le plongeon du PIB de ces deux pays était attendu », rappelle l'économiste.

Deux groupes en Europe

« Aujourd'hui, il y a clairement deux groupes en Europe, précise Charles-Henri Colombier de COE-Rexecode. Les pays du Nord, dont l'Allemagne ou l'Autriche, qui ont confiné moins longtemps ou moins drastiquement, devraient subir des baisses de PIB de l'ordre de 5 % en 2020. Pour le deuxième peloton, qui regroupe la France, l'Italie ou l'Espagne, le choc sera au minimum de 8 %. L'été permettra de préciser le tableau, car il donnera une idée de l'impact d'absence de saison tou­ristique sur la croissance », avance l'économiste.

Les chefs d'entreprise ne tablent pas sur un retour rapide de l'activité. Ils ont en effet drastiquement revu à la baisse leurs investis­sements (- 18 % au deuxième trimestre). « L'investissement est la part la plus volatile du PIB. Dans une crise, avant de réinvestir, les chefs d'entreprise se fient à deux indicateurs : leur trésorerie et leurs anticipations de carnets de commandes », rappelle Philippe Martin.