La Reference : Une étude de l’Université de l’imam Hussein montre les outils de l’Iran pour soutenir les Houthis et s’infiltrer au Yémen (طباعة)
Une étude de l’Université de l’imam Hussein montre les outils de l’Iran pour soutenir les Houthis et s’infiltrer au Yémen
آخر تحديث: الجمعة 08/01/2021 10:30 م
Une étude de l’Université

Bien que l’Iran ait nié plusieurs fois son soutien au groupe des Houthis, et ait rejeté toute responsabilité dans les attaques des Houthis contre l’Arabie saoudite, une étude iranienne récente a révélé ce soutien iranien aux Houthis depuis la création du groupe et jusqu’aujourd’hui. L’étude aborde 19 moyens d’influence iranienne au Yémen.

Selon l’étude, le soutien politique le plus important de l’Iran aux Houthis a été l’ouverture du bureau officiel des Houthis à Téhéran, et l’échange d’ambassadeurs entre les Houthis et Téhéran. L’Iran a aussi soutenu les Houthis dans les instances régionales et internationales, en particulier au Conseil de sécurité des Nations unies.

L’Iran a recouru aussi aux organisations des droits de l’homme pour montrer que le peuple yéménite est victime de violations des droits de l’homme par l’Arabie saoudite et la coalition, et a fourni des

conseils juridiques aux organisations de droits de l’homme travaillant au Yémen.

Au niveau médiatique aussi, l’Iran a présenté les Houthis comme des victimes, en se focalisant sur la situation humanitaire.

Au niveau culturel, l’Iran a augmenté les bourses scolaires pour les étudiants yéménites, et soutenu les recherches scientifiques qui servent le projet iranien au Yémen.

Et au niveau économique, l’étude montre que l’Iran a oeuvre à lier l’économie yéménite du groupe des Houthis à l’économie iranienne, en renforçant les relations commerciales entre les hommes d’affaires iraniens et yéménites et surtout les proches de Abdel Malik al-Houthi, et en offrant des services de conseils aux hommes d’affaires yéménites.

Cependant, l’étude indique que l’Iran, malgré son soutien aux Houthis, rencontre des difficultés pour étendre son influence au Yémen, en particulier la fermeture de l’ambassade d’Iran à Sanaa.