Publié par CEMO Centre - Paris
ad a b
ad ad ad

Le Qatar laisse ses empreintes criminelles du Golfe à la Méditerranée

jeudi 02/juillet/2020 - 09:38
La Reference
طباعة

Les pays du Golfe souffrent des actions destructrices du Qatar depuis 2014, et l’Arabie saoudite, les Emirats et Bahreïn décidèrent de retirer leurs ambassadeurs à Doha pour protester contre le non-respect par le Qatar de l’accord signé le 23 novembre 2013 à Riyad. La crise prit fin le 16 novembre 2014 avec la signature par le Qatar d’un nouvel accord.

Or, le Qatar n’a pas tardé à trahir ses engagements, et il s’est mis à s’ingérer dans les affaires des pays du Golfe, et à coopérer avec les milices houthies putschistes soutenues par l’Iran.

Quant à l’Institut international de recherches sur la paix de Stockholm, il a indiqué que le Qatar avait alimenté la guerre en Syrie en fournissant aux milices plus d’armes que n’importe quel autre pays et un soutien de plus de 3 milliards de dollars.

D’autre part, le ministre allemand de l’Aide au développement Gerd Müller a accusé en 2014 le Qatar de financer les combattants de Daech en Irak. Et un rapport du Daily Telegraph a accusé deux Qataris de financer des groupes extrémistes en relation avec al-Qaïda en Irak et en Syrie.

L’Egypte n’a pas été épargnée, et a souffert de l’aide illimitée du Qatar aux Frères musulmans.

Doha a également directement supervisé le transport de mercenaires syriens en Libye, et leur financement pour soutenir l’agression turque dans ce pays.

Et dans le continent africain, le Qatar a utilisé tous ses outils politiques pour réaliser ses objectifs. C’est ainsi qu’en Somalie, il a utilisé les associations d’aides humanitaires comme couverture, tout en finançant les groupes servant sa politique contre d’autres parties.

Il a également soutenu les groupes religieux extrémistes dans la Corne de l’Afrique, comme la faction de Abdel Qader Mumen, s’étant séparée du mouvement des ChebabsMudjahidines et qui a prêté allégeance à al-Qaïda en octobre 2015.

"