Rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Comité des experts conseillers
Roland Jacquard - Richard Labévière - Atmane Tazaghart - Ian Hamel
ad a b
ad ad ad

Tawakul Kerman, la vipère du parti d’Al-Islah

vendredi 12/octobre/2018 - 10:33
طباعة

Noura Bandari

 

Les femmes jouent un rôle important au sein du parti d’Al-Islah (la réforme) bras politique des Frères musulmans au Yémen. L’une des figures les plus en vue de ce parti, dont l’adhésion a été récemment suspendue, est Tawakul Kerman. L’une de ses missions consiste à diffuser la pensée de la confrérie et à soulver l’opinion publique.

La réglement interne de Hizb Al-Islah yéménite accorde aux femmes une place importante depuis sa création en 1990. Le parti s’emlpoie à exploiter les femmes par tous les moyens pour donner une image forte et active, alors qu’en réalité il s’en sert pour propager ses idées.

Les femmes sont présentes au sein du comité préparatoire, de l’Assemblée constituante et du secrétariat général du parti. Selon le Dr. Ali Al-Assad, professeur de sciences politiques à l'Université de Sanaa, le parti d’Al-Islah se sert des femmes pour enseigner aux nouvelles recrues les principes de la Confrérie des Frères musulmans, surtout celles qui ne sont pas éduquées. Il ajoute dans des déclaration à Al-Marje’, que les femmes d’Al-Islah élèvent leurs enfants aux principes de la loyauté et de l'obéissance au parti. Leur mission est de convaincre les autres que le parti veut appliquer les enseignements de l'Islam, et améliorer le statut du pays, ce qui est contraire à la réalité.

La journaliste Tawakul Kerman est l'une des figures féminines les plus en vue du parti d’Al-Islah et une partisane de l'idéologie des Frères musulmans. Elle a apporté son soutien au groupe terroriste, hors des frontières du Yémen, en combattant la révolution du 30 juin et en participant au sit-in armé de Rabaa Al-Adawéya au Caire.

Elle a également organisé de nombreuses manifestations contre le régime du défunt président Ali Abdullah Saleh. Al-Islah a suspendu son adhésion au parti le 4 janvier 2018, après qu’elle ait attaqué la Coalition arabe pour le soutien de la légitimité au Yémen. Une décision qui vise selon les observateurs à nier toute relatiobn avec le Qatar et la Turquie.

Tawakul Kerman, la
"