Rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Comité des experts conseillers
Roland Jacquard - Richard Labévière - Atmane Tazaghart - Ian Hamel
ad a b
ad ad ad

Daech s’active en Afrique du Sud, le rôle des cellules dormantes

mardi 30/octobre/2018 - 07:02
La Reference
طباعة

Shaima Hafezy

Des menaces suivies par des attaques contre des mosquées et des enlèvements de citoyens. Telles sont les opérations menées par l’organisation terroriste Daech en Afrique du Sud, et qui ont amené certains pays européens à avertir leurs ressortissants de ne pas se rendre dans ce pays.

Bien que Daech ne se soit pas manifestée ouvertement en Afrique du Sud, le gouvernement sud-africain considère le pays comme un refuge pour les cellules dormantes de l’organisation, affirmant qu'il les surveille de très près. 11 personnes accusées d’avoir menée une série d'attaques terroristes, dont celle contre la mosquée de Verulam à Durban, sont actuellement jugées en Afrique du sud. « Ils ont utilisé les méthodes de Daech contre les non-croyants », a indiqué le tribunal.

L'Afrique du Sud, plus grand pays industrialisé du continent noir, attire de nombreux expatriés et touristes, mais a rarement connu une activité islamiste. Le ministère britannique des Affaires étrangères a déclaré à l’agence Reuters qu'il avait averti ses citoyens de « ne pas se rendre en Afrique du Sud en raison des risques d’attaques terroristes dans ce pays».

Des responsables de la sécurité affirment qu'aucun groupe islamiste militant connu opère en Afrique du Sud, où les musulmans représentent moins de 2% de la population. Le ministre sud-africain de l'Intérieur, Malosi Gijapa, avait déclaré que Daech utilise son pays comme centre logistique et comme refuge pour les cellule dormantes.

L'Institut des études de sécurité affirme dans un rapport que l’absence de la loi et la corruption sont les causes de cette vulnérabilité de l'Afrique du Sud face aux groupes islamistes militants. Ce qui est inquiétant c’est que le chef d’Al-Qaïda, Oussama Ben Laden, percevait l’Afrique du Sud comme un espace ouvert aux activités du groupe.

L’Afrique du Sud attire les groupes extrémistes pour un certain nombre de raisons, dont notamment le fait que le passeport sud-africain ne soulève aucune suspicion, ce qui permet de circuler plus facilement dans les pays africains.

"