Rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Comité des experts conseillers
Roland Jacquard - Richard Labévière - Atmane Tazaghart - Ian Hamel
ad a b
ad ad ad

Motivations des Frères musulmans du Soudan pour contrôler l'organisation internationale de la confrérie

mercredi 31/octobre/2018 - 05:59
La Reference
طباعة

Depuis la Révolution du peuple égyptien le 30 Juin 2013 et la fin du règne des Frères musulmans, certains pays sponsors de l’organisation ont commencé à conspirer contre l’Égypte et à apporter un soutien direct à la confrérie, profitant de la proximité géographique du Soudan pour en faire un lieu d'asile et de rassemblement des fugitifs échappant aux poursuites en Égypte.

   Suite à la dispersion du sit-in de la place Rabaa au Caire, les Frères musulmans du Soudan ont manifesté dans les quartiers de Khartoum, brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : Rabaa. Ils ont en plus assuré l'accueil aux membres fuyards du groupe après avoir commis leurs crimes contre le peuple égyptien, ce qui a provoqué des tensions dans les relations égypto-soudanaises et conduit les autorités soudanaises à revoir rapidement la situation, à contrôler les Frères musulmans dans le pays, et à prendre des décisions plus sévères contre la présence des membres de la confrérie au Soudan. Ceux qui parmi eux étaient de nationalité égyptienne ont été contraints de quitter le territoire soudanais en réponse aux demandes égyptiennes, ce qui constituait un tournant majeur dans le dossier des Frères au Soudan.

La présence des Frères musulmans au Soudan avait acquis un statut de confidentialité, vu qu'ils étaient liés au Congrès national, parti au pouvoir au Soudan et dirigé à l'époque par Hassan Al-Tourabi, membre éminent du parti jusqu'en 1999, qui par la suite a créé un autre parti dénommé Le Congrès du peuple, dans le but d'affaiblir le gouvernement du président Omar Al-Béchir.

  Il était prévu que la branche des Frères musulmans au Soudan soit l'une des premières branches à s'établir en dehors d'Egypte pour les considérations géopolitiques qui unissaient les deux pays. Après la dissolution de la confrérie   en Egypte en 1948, un grand nombre de ses membres de diverses disciplines ont émigré au Soudan. Bien que la vie politique soudanaise soit caractérisée par de nombreuses scissions partisanes, la concurrence entre la branche soudanaise de l'organisation et celle d'Egypte est visible sur la scène internationale, surtout après certains succès locaux dans les années 1990. Le Soudan cherchait à contrôler l'organisation internationale et à empêcher son contrôle par des Egyptiens. Les relations entre les deux parties restaient, cependant, parfaitement calmes depuis deux décennies. Après la Révolution du 30 Juin, la branche soudanaise de la confrérie a regagné les lieux et sa relation avec l'organisation internationale s'est transformée en une relation d'intégration.

  Mais depuis le printemps 2018, les relations entre l'Égypte et le Soudan ont connu une amélioration remarquable : les "Frères" égyptiens devaient donc quitter le territoire soudanais en réponse à la pression croissante de l'Egypte. Par conséquent, au Soudan le Mouvement qui a perdu son  vrai leader et fondateur Hassan Al-Tourabi, en mars 2016, est devenu très limité et fragilisé, ne pouvant plus rétablir sa présence politique et paraissant même désormais incompatible avec la politique du gouvernement soudanais qui s'oriente vers l'axe Arabie Saoudite - Egypte.

"