Rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Comité des experts conseillers
Roland Jacquard - Richard Labévière - Atmane Tazaghart - Ian Hamel
ad a b
ad ad ad

La Tunisie se révolte contre les Frères… Des manifestations demandent de révéler les crimes d’an-Nahda

jeudi 01/novembre/2018 - 03:20
La Reference
طباعة

Duaa Imam

Des dizaines de Tunisiens ont afflué aujourd’hui mercredi vers la rue Habib Bourguiba, dans la capitale tunisienne, tenant des pancartes demandant à l’Etat de révéler l’appareil secret du mouvement an-Nahda (extension du groupe des Frères en Tunisie) qui a été la cause d’assassinats politiques des opposants.

Ces manifestations interviennent deux jours après l’attaque terroriste à Tunis au cours de laquelle une femme s’est fait exploser près d’une patrouille de police dans la rue Habib Bourguiba.

Rached Ghannouchi, chef du mouvement d’an-Nahda, a nié que son groupe était toujours engagé dans l’action secrète, indiquant qu’il avait renoncé à la clandestinité depuis des décennies, sans pour autant apporter de preuves innocentant an-Nahda de la liquidation d’opposants.

Quant au militant syndicaliste Qays ben Yahmad, et l’un des participants aux protestations, il a affirmé que les Tunisiens étaient venus dans la rue Bourguiba pour mettre à nu l’organisation secrète du mouvement d’an-Nahda, qui s’est spécialisée dans les assassinats et le terrorisme, et dans l’envoi de jeunes pour aller combattre en Syrie et en Irak.

Ben Yahmad a ajouté que l’Etat tunisien devait révéler les pratiques du mouvement, qui surveillait grâce à son appareil secret les activistes et espionnait les Tunisiens, indiquant que le ministre de l’Intérieur restait muet sur la « chambre noire » qui contient des documents et des preuves condamnant an-Nahda.

Le militant syndicaliste s’est interrogé : de quelle autorité parlons-nous, que nous voulons voir intervenir pour protéger le pays qui est soumis à l’appareil secret travaillant pour le compte de la Grande-Bretagne, des sionistes, de la Turquie et du Qatar ?

Ont participé au sit-in nombre d’activistes et de membres du « Front populaire », du parti Al-Watan et du comité de défense des martyrs Choukir Belaïd et Mohammad al-Brahimi.

"