Rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Comité des experts conseillers
Roland Jacquard - Richard Labévière - Atmane Tazaghart - Ian Hamel
ad a b
ad ad ad

Opération de l’armée de la justice baltouche contre les gardiens de la révolution : coup dur pour l'Iran

vendredi 02/novembre/2018 - 01:50
La Reference
طباعة

Mohamed Shaat

L'opération lancée par l'armée de la justice Baltouche, le 16 Octobre, au cours de laquelle 5 gardiens de la révolution iranienne ont été faits prisonniers dans la région de Java Mir Jawa, est un nouveau coup dur pour le régime iranien.

Les réactions iraniennes face à cette opération montrent l'incapacité de Téhéran à libérer les détenus. Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, a déclaré que le Pakistan a promis de libérer les gardes-frontières iraniens enlevés.

Zarif a déclaré à son arrivée mercredi matin dans la capitale pakistanaise, Islamabad, que « l'Iran et le Pakistan entretiennent de très bonnes relations », et que « Téhéran consulte Islamabad sur toutes les questions ». Le chef de la diplomatie iranienne a ajouté : «Malheureusement, un certain nombre de gardes-frontières iraniens ont été enlevés. Nous devons avoir des discussions avec les autorités pakistanaises pour obtenir leur libération ».

Alors que le régime iranien s’est révélé être incapable de libérer les détenus, et a eu recours aux autorités pakistanaises, l'armée Balouche de la Justice a revendiqué dans un communiqué la libération des militants  et des dignitaires religieux baltouches emprisonnés en Iran, de même que la libération des détenus sunnites et ceux faisant partie des minorités religieuses.

 

 

Dr Mohammed Bénaya, chercheur spécialiste des affaires iraniennes, affirme que l’enlèvement par l'Armée de la Justice de certains éléments des gardes-frontières iraniens, confirme les mensonges de Téhéran selon lesquels la république islamique possède la plus grande force militaire de la région. Il ajoute dans des déclarations à Al-Marje’ que le gouvernement iranien a vite cherché à justifier son échec, puisque le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a annoncé à son arrivée dans la capitale, Islamabad avoir reçu les promesses de la part du Pakistan de libérer les Iraniens kidnappés. C’est une reconnaissance implicite de l'impuissance et de l'échec du régime iranien pour sécuriser ses frontières.

"