Rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Comité des experts conseillers
Roland Jacquard - Richard Labévière - Atmane Tazaghart - Ian Hamel
ad a b
ad ad ad

Sanctions américaines et détresse iranienne

samedi 03/novembre/2018 - 04:17
La Reference
طباعة

Islam Mohamed

 

Le deuxième train de sanctions américaines contre le régime des mollahs entrera en vigueur le 4 novembre. A l’approche de cette date, la grogne augmente en Iran, la crise économique s'aggrave et la popularité du régime diminue progressivement.

Déclin économique sans précédent, effondrement de la monnaie nationale, taux d'inflation élevé… Ce sont là les signes et signes d’une nouvelle détérioration de la situation en Iran, ce qui a donné lieu à une vague de mécontentement contre le régime actuel surtout que le guide suprême de la révolution iranienne, Ali Khamenei, a reconnu début octobre, que son pays souffre d'une crise économique majeure.

L'ancien président réformiste Mohammad Khatami a mis en garde contre un possible mouvement de grogne sociale opposé au régime « si les réformes ne mènent pas à un réel changement ».

Les récents propos de Khatami font suite à la publication sur les réseaux sociaux d'un article de Mohsen Renani, un éminent universitaire, mettant en garde que le ralentissement économique risque de « plonger le pays dans une grave crise ».

La récente période a été marquée par une recrudescence des grèves et des manifestations contre le pouvoir. Ces manifestations risquent de se multiplier avec l'application du second cycle de sanctions américaines.

Mohammad Abadi, chercheur spécialisé dans les affaires iraniennes explique : « Ces mises en garde lancées par les dirigeants réformistes en Iran de la taille de Mohammad Khatami et d’autres, signifie que la rue iranienne est en état d’ébullition ».

Abadi ajoute dans une déclaration à Al-Marje’ : « Cela signifie que les sanctions américaines ont réalisé leur objectif principal à savoir soumettre le régime iranien à une pression énorme afin de l'obliger à s’asseoir à la table des négociations et à se plier aux conditions américaines ».

 

"