Rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Comité des experts conseillers
Roland Jacquard - Richard Labévière - Atmane Tazaghart - Ian Hamel
ad a b
ad ad ad

Il accorde aux Houthis une autonomie…Mystère autour de la proposition américaine pour mettre fin à la crise yéménite

samedi 03/novembre/2018 - 04:27
La Reference
طباعة

Ali Ragab

 

Il semble que le mois de novembre incarnera la fin du conflit au Yémen et que les Houthis, soutenus par l’Iran pourraient s’installer à la table des négociations sur fond d’un accord américains sur une feuille de route simultanément à une rencontre probable  dans l’une des capitales européennes entre les parties belligérantes et l’émissaire onusien.

Les Secrétaires d’Etat américains, à la défense et à la diplomatie ont tous les deux invité toutes les parties à un cessez-le-feu au cours des 30 prochains jours, le retrait des Houtis des zones frontalières, l’arrêt des bombardements qui entravent la mission de l’émissaire  onusien.

Mattis a déclaré dans une Conférence au Bahreïn qu’il pense que les Houtis doivent avoir leur chance de parvenir à une autonomie, et qu’ils seront d’accord sur cette initiative.

De son côté, le Ministre yéménite des Affaires étrangères a annoncé sa rencontre prévue avec l’émissaire de l’ONU pour discuter des consultations entre le gouvernement et les rebelles.

L’analyste politique yéménite, Hani Mas’hour dévoile le plan américain qui consiste à instaurer un cessez-le-feu et des négociations qui aboutiront à l’autonomie des Houtis à Saada après avoir déposé les armes, la formation d’un nouveau gouvernement et le transfert des prérogatives du président à un vice-président convenu.

Le plan américain, vise, selon lui, l’annulation des décisions d’après septembre 2014, un referendum sur la Constitution et des élections parlementaires et présidentielles.

Mais les Houtis, par le biais de leur représentant, ont refusé l’initiative américaine.

Dans un entretien avec ‘’La Référence’’, le politicine yéménite Ali Siraae affirme aussi que le plan américain n’a aucune chance de réussir car l’autonomie des Houtis ne sera acceptée ni par le gouvernement ni par les rebelles.

La résolution de la crise yéménite passe, selon lui, par la fin du coup d’état et la restauration du pouvoir légitime et non par l’octroie d’une quelconque autonomie aux Houthis.

 

 

"