Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Les pertes de Daech provoquent chez ses éléments divagations et délires : le cas d’ach-Chamri

dimanche 16/décembre/2018 - 07:07
La Reference
طباعة

Chayma Hefzi

 

L’entretien de la BBC avec le terroriste de Daech Mohammad Saleh Nahi ach-Chamri, incarcéré depuis 2017 aux frontières syriennes, est peut-être la preuve la plus éloquente des délires et divagations dont sont victimes les éléments de l’organisation suite à sa défaite. C’est ainsi qu’ach-Chamri considère la perte par Daech des terres qu’elle contrôlait comme une simple « épreuve », prétendant que Dieu accordera de nouvelles victoires à l’organisation.

D’autre part, contrairement à ce que constatent les habitants des régions qui étaient contrôlées par Daech, ach-Chamri considère que l’organisation n’est pas responsable de la destruction des villes d’Irak et de Syrie, et il va jusqu’à en accuser la coalition. Il prétend également que le nombre de civils tués par les bombardements est bien supérieur à ceux que l’organisation a tués, évitant de répondre aux questions touchant aux aspects moraux des tueries de Daech, que ce soit lors de sa prise de contrôle des villes ou lorsqu’elle a utilisé ces civils comme boucliers humains.

Notons qu’ach-Chamri est l’un des 900 étrangers de Daech faits prisonniers par les Forces démocratiques syriennes, outre plusieurs milliers de prisonniers syriens. Il faut ajouter à cela des milliers de ses éléments dans les prisons irakiennes, syriennes et turques, et des milliers qui continuent à combattre dans les zones encore contrôlées par l’organisation.

Le rapport de la BBC s’interroge enfin sur la façon de combattre les idées qui vont rester présentes dans l’esprit de ces terroristes, surtout que les pays dont la plupart sont originaires refusent de les juger sur leur territoire, et que leur seule obsession est qu’ils ne puissent retourner chez eux et menacer leur sécurité. 

"