Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Abdelrahim Ali: l’Egypte a fait face à un danger sur lequel il n’était pas possible de se taire, et a payé pour cela un prix élevé

mercredi 19/décembre/2018 - 12:38
La Reference
طباعة

Abdelrahim Ali, directeur général du Centre d’Etudes du Moyen-Orient à Paris et président d’al-Bawwaba, a affirmé que l’organisation terroriste Daech contrôlait des zones dans la ville irakienne de Mossoul et terrorisait le monde.

Il s’est demandé ce qui se passerait si ces organisations terroristes étaient capables de dominer des pays comme la Syrie, la Jordanie ou l’Irak, et il a affirmé que leur combat avec le monde aboutirait soit à leur victoire soit à la survie des sociétés arabes.

Il a affirmé dans son intervention au cours du colloque organisé par le CEMO, dans le cadre d’une table ronde sous le titre « Les protestations des Gilets jaunes et les révolutions du Printemps arabe », que ce qui s’était passé en Egypte était une tentative de sauver le monde d’une véritable destruction, parce que l’Egypte a fait face à un danger sur lequel il n’était pas possible de se taire, même si pour cela nous devons payer un prix élevé, et cela pour protéger le monde.

Cette intervention a eu lieu dans le cadre du colloque  organisé par le Centre des Etudes du Moyen à Paris (CEMO) sous le titre : « Les gilets jaunes et les révoltes du printemps arabe, les convergences et les divergences, les tenants et les aboutissants », avec la participation de Monsieur Jacques Goudfran,  ancien ministre français de la Coopération internationale, le professeur Roland Lombardi, de l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabo-islamique, Pierre Branda, historien spécialisé en archéologie, Christian Gambuti, écrivain et journaliste spécialiste des mouvements politiques en Afrique, et Joachim Vilocas, chercheur et spécialiste des mouvements islamistes. Le colloque a été modéré par le directeur exécutif du Centre Ahmed Youssef.

 

"