Rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Comité des experts conseillers
Roland Jacquard - Richard Labévière - Atmane Tazaghart - Ian Hamel
ad a b
ad ad ad

L'avenir du terrorisme mondial après l'effondrement de Daech

mardi 01/janvier/2019 - 07:58
La Reference
طباعة

Mohammed Al-Dabouli

Le 29 juin 2014, la carte politique mondiale a changé : de vastes régions de Syrie et d'Irak ont ​​été intégrées au prétendu califat islamique, mais le danger le plus important résidait dans le développement qu’allait connaitre le phénomène terroriste. Après les grottes de Tora bora en Afghanistan et les grands déserts d'Afrique du Nord, les terroristes disposaient désormais d’un Etat à part entière avec de riches ressources économiques.

Une coalition internationale réunissant des dizaines a été formée en août 2014 avec l’objectif d'éliminer le prétendu califat. Il a fallu trois ans pour réaliser cet objectif.

Mais des questions subsistent encore sur l'avenir du phénomène terroriste. L’écrivain américain, Colin P. Clarke, dresse dans un article publié sur le site Internet de la Rand Corporation, quatre scénarios possibles concernant ce phénomène.

Premier scénario : la poursuite des activités terroristes

Malgré près de deux décennies de campagnes mondiales de lutte contre le terrorisme lancées par les États-Unis et leurs alliés après les attentats du 11 septembre, le nombre de terroristes dans le monde a quadruplé depuis 2001. Ils sont au total 230 000 actuellement dans 70 pays. Malgré le déclin Daech, le phénomène terroriste est toujours vivant et vivace.

Deuxième scénario : les organisations terroristes changent de priorité

Les organisations terroristes peuvent complètement abandonner l'idée d'un ennemi lointain et se concentrer davantage sur l'idée d'un ennemi proche. Celles-ci pourraient alors prendre un caractère plus « local » et attaquer des cibles locales.

Troisième scénario: l'élimination du phénomène terroriste

Un autre scénario possible est l’élimination totale du phénomène terroriste, grâce aux efforts de lutte contre ce fléau et à des mesures comme le resserrement des frontières, les échanges accrus d’informations, la coopération en matière de renseignement et l’accélération des avancées technologiques qui soutiennent les efforts de lutte contre le terrorisme.

Quatrième scénario: la montée d'Al-Qaïda

Les conflits sectaires entre sunnites et chiites peuvent amener certaines forces islamistes à devenir plus tolérantes à l'égard d'Al-Qaïda. C’est le cas par exemple du Qatar et de la Turquie, qui vantent les méritent du Front Al-Nosra en tant qu'aile plus modérée d'Al-Qaïda.

Aucun des précents scénarios n’est sûr. Les analystes avaient prédits à deux reprises par le passé la disparition d’Al-Qaïda. Mais ces prévisions ont oublié une dimension importante à savoir le dynamisme des organisations terroristes en raison de leur rhétorique, ce qui leur a permis de faire face aux chocs majeurs.

"