Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Al-Baghdadi atteint de désespoir et ses partisans sont vaincus moralement

mardi 01/janvier/2019 - 08:05
La Reference
طباعة

Mohamed Abou El Oyoun

L'observatoire de lutte contre l'extrémisme d’Al-Azhar a affirmé que le discours actuel de Daech reflète la défaite psychologique écrasante de l’organisation terroriste, soulignant que les défaites successives subies par l'organisation en Syrie et en Irak ont ​​changé le ton transcendant et arrogant de daech.

Le discours actuel est totalement en contraste avec celui que Daech avait voulu exporter au début de son avènement. Les membres de l’organisation ont toujours prétendu (faussement) qu’ils étaient les gardiens de la foi et les protecteurs de la religion.

Ils ont essayé de se présenter comme étant proches de la première génération de compagnons du prophète. Mais un bref regard sur la biographie des Compagnons, qu’Allah soit satisfait d’eux, nous montre qu’il y a une grande différence entre la philosophie du djihad et sa sagesse du temps des compagnons, et la pratique actuelle du djhad par les organisations terroristes.

Dans le Coran et la Sunna, la lutte armée est permise pour repousser l'agression des polythéistes contre le Messager d'Allah (que la paix soit sur lui) et ses compagnons. Mais ce que l’on voit aujourd’hui ne relève pas du djihad, mais plutôt de la corruption, de la destruction, de l’ignorance, et de la stupidité. Ce que les terroristes font aujourd’hui n’est qu’une fausse prétention et un mensonge.

Les prétentions de daech se sont effondrées comme yun château de cartes après les lourdes pertes en vies humaines que l’organisation a subies, et les zones auxquelles elle a du renoncer. Le discours transcendantal et immoral de l’organisation a cédé la place à un nouveau ton où l’organisation présente ce qui lui est arrivé comme une « épreuve ». Ainsi, un message audio attribué à Abu Bakr Al-Baghdadi, le chef de Daech, diffusé sur les sites Web de l'organisation le deuxième jour de l'Aïd al-Adha, montre un langage plus édulcoré. Baghdadi essaye d'alléger les souffrances qui pèsent sur les épaules de ses partisans. 

L’Observatoire d’Al-Azhar souligne que Daech manipule l’esprit de ses adeptes en les appelant à davantage de patience et d’endurance après les pertes subies.

Les défaites et les pertes successives subies par Da'ech ne sont que le signe d’un effondrement interne de l’organisation. Daech souffre aujourd’hui d’une grande confusion qui l’a conduite au désespoir même si elle essaye de prouver le contraire.

"