Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Attaque contre les affaires étrangères en Libye, le Qatar et la Turquie sur le banc des accusés

mercredi 02/janvier/2019 - 12:50
La Reference
طباعة

La capitale libyenne, Tripoli, s'est réveillée mardi matin sur l’explosion du bâtiment du ministère des Affaires étrangères, qui a fait quatre morts et cinq blessés, selon les dernières statistiques.

Selon des déclarations officielles, un kamikaze s’est fait exploser à l'intérieur du bâtiment après un échange de tirs entre extrémistes et forces de sécurité.

Les opinions divergent sur les auteurs de l’attentat. Certains parlent d’une implication de l'organisation terroriste daech, tandis que d'autres pointrent du doigt le Qatar et la Turquie. « Les terroristes savent ce qu'ils font et savent que le troisième étage de ce bâtiment abrite les accords internationaux conclus par le Libye », affirme le chercheur libyen Mohammed Al-Zubaidi. Et d’ajouter : « Les auteurs de l’attentat ont agi en échange d’une somme d’argent  ». Selon Al-Zubaidi, les propos sur l'implication du général Khalifa Hafter ne sont pas à prendre au sérieux. Il n'exclut pas que Da'ech ou d'autres milices aient joué un rôle dans cet attentat, soulignant que le véritable commanditeur de l’opération est le Qatar et la Turquie.

Le checheur fait le lien entre l'attentat et la saisie il y a quelques jours de conteneurs en provence de Turquie rempli de pistolets et d’armes automatiques et au sujet desquelles Ankara n’a fait aucun commentaire.

Selon Al-Zbbaisi, celui qui a exécuté cet attentat est celui là même qui a exécuté les précédents attentats dans la capitale Tripoli contre des institutions comme l’organisme national du pétrole. Il ajoute que cette opération va favoriser la progression rapide du maréchal Haftar vers Tripoli, alors que la scène est plus que jamais préparée à l'entrée de l'armée dans la capitale. « Cette opération prouve que les milices ne peuvent absolument pas gérer un Etat et que le contrôle de l'armée sur la capitale est devenu une revendication populaire », affirme Al-Zubaidi. Des politiques proches des Frères musulmans avaient prétendu que l'armée libyenne et le maréchal Khalifa Hafer sont impliqués dans l'attentat. Ali Al-Sibai, membre de la Chambre des représentants, a prétendu via son compte Facebook mardi, que « le maréchal Hafter est derrière l'attentat car il veut faciliter son entrée à Tripoli ».

"