Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Le plan de houthisation : le parti de Ali Abdallah Saleh tombe aux mains des milices

jeudi 03/janvier/2019 - 11:29
La Reference
طباعة

Ali Ragab

 

Dans le cadre de leur plan de prise de contrôle des rouages de l’Etat yéménite et des forces politiques, et à leur tête le Congrès général du peuple (aile de Sanaa), les milices houthies putschistes poursuivent leurs efforts d’houthisation du parti de l’ex-président Ali Abdallah Saleh, selon les instructions reçues des dirigeants iraniens.

Selon des sources yéménites, Sadeq Amin Abou Ras, président du Parti du congrès (aile de Sanaa) a constitué une commission préparatoire à la tenue d’une session exceptionnelle du Comité permanent du parti du Congrès fondé par le président défunt Ali Abdallah Saleh en août 1982.

Notons que le 7 janvier dernier, le Comité général du parti avait nommé à sa tête Sadeq Amin Abou Ras, qui avait pris parti pour les Houthis au détriment de l’appel du fondateur du Parti à une révolution contre les Houthis lors de la révolte du 2 décembre 2017.

Le chercheur spécialiste du Yémen Mahmoud Taher a affirmé que les Houthis avaient pris le contrôle du Congrès général du peuple à Sanaa par le biais des « Hachémites » auxquels ils ont confié les postes de commandement dans le parti (Direction, bureau exécutif, secrétariat général et présidence du parti).

Les « Hachémites » ont ainsi infiltré les rouages du Congrès et sont devenus membres du Comité général comme Adnan al-Jafri ou Tarek ach-Chami, ou responsables de l’organisation et de la formation comme le général Yahya Mohammad ach-Chami  ou Banzih al-Imad, avocat des cellules de Sanaa dépendant d’al-Houthi.

Quant au dirigeant du Congrès Kamel al-Khoudani, il considère que les Houthis cherchent par tous les moyens à diviser le parti du Congrès du peuple, dernière forteresse du Yémen républicain face à l’oppression de la « théocratie » imamite, ajoutant que les membres nationalistes du Congrès opposés à l’imamisme feront échouer le plan houthi.

Al-Khoudani a ajouté que toute mesure prise pour l’élection de nouveaux cadres du Parti du Congrès  seront illégales parce que la plupart des chefs du Congrès se trouvent à l’extérieur de Sanaa ou assignés à résidence par les Houthis.

"