Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

L’Alliance des jeunes du 14 février à Bagdad et Beyrouth… L’Iran va-t-il semer la zizanie à Bahreïn ?

mardi 08/janvier/2019 - 04:42
La Reference
طباعة

Ali Ragab

 

L’inauguration à Bagdad du bureau de l’Alliance bahreïnie des jeunes du 14 février, considérée comme terroriste par Manama et les pays du Quartette arabe, est un signe de la volonté du régime iranien de continuer à cibler les pays arabes en général et du Golfe en particulier, par le biais de ses bras politiques en Irak, représentés par la Mobilisation populaire, la Coalition de l’Etat de droit, l’Organisation Badr et autres organisations formant la Coalition de la Construction au Parlement irakien.

Le Dr Anouar Qarqash, ministre émirati des Affaires étrangères, a condamné samedi 29 décembre l’ouverture de ce bureau en Irak, affirmant qu’il s’agit d’une ingérence grave dans les affaires internes du Royaume du Bahreïn.

Pour sa part, le premier ministre irakien Nouri al-Maliki, connu comme l’homme de l’Iran en Irak, avait provoqué la colère du Bahreïn par ses déclarations affirmant que la discrimination et la marginalisation au sein du peuple de Bahreïn avaient atteint des niveaux graves.

Notons que la Coalition des jeunes du 14 février est l’une des organisations terroristes les plus connues au Bahreïn. Elle a été fondée lors des événements du 14 février 2011 et a utilisé le réseau Internet pour provoquer les séditions et ébranler la stabilité du pays, tout en recrutant le plus grand nombre de jeunes au service du projet iranien.

 Par ailleurs, la justice bahreïnie a condamné le 27 décembre l’un des membres de l’Alliance du 14 février à la prison à vie, neuf de ses membres à une amende de 100000 dinars bahreïnis et à une peine de 7 ans de prison, trois autres à trois ans de prison, deux autres à une amende de 200000 dinars bahreïnis, et neuf autres  à la déchéance de la nationalité.

 Pour sa part, le Dr Mohammad Binaya, expert dans les affaires iraniennes et professeur de persan à l’Université al-Azhar, considère que l’Iran est derrière l’ouverture de bureaux politiques par la Coalition des jeunes du 14 février dans les pays sur les décisions politiques desquels il exerce une influence ou dans lesquels il possède des bras politiques et des milices dominant le processus décisionnel dans leurs capitales.

 

"