Rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Comité des experts conseillers
Roland Jacquard - Richard Labévière - Atmane Tazaghart - Ian Hamel
ad a b
ad ad ad

Le terrorisme agonise en Egypte

mardi 08/janvier/2019 - 04:51
La Reference
طباعة

L'opération Sinaï 2018 et les frappes préventives ont affaibli les groupes terroristes et contrarié leurs plans.

Les groupes terroristes célèbrent chaque année le Nouvel An à leur manière en répandant le sang des innocents. C'est ainsi qu'ils ont lancé il y a deux jours une attaque odieuse à Mariouteya au gouvernorat de Gizeh, qui a provoqué la mort de 4 personnes, un citoyen égyptien et trois vietnamiens. 12 autres personnes ont été blessés.

Une lecture attentive de l'évolution du terrorisme en Egypte, surtout en 2018, montre que ce dossier a connu des transformations majeures. En effet, le terrorisme connait un véritable déclin. On note ainsi les évolutions suivantes :

Premièrement, l’échec des tentatives terroristes visant à semer la peur et la panique parmi les égyptiens. En effet, les opérations terroristes ont créé l'effet inverse, et cela s'est reflété sur les réactions positives des citoyens. On l'a vu avec le soutien apporté par les égyptiens aux familles des martyrs de l'attentat de la mosquée de Bir Al-Abd.

Deuxièmement, les opérations menées par l’armée ont forcé les organisations et les groupes terroristes à se replier de manière significative. Ainsi, le nombre d’opérations terroristes en 2018 a été le plus bas des cinq dernières années.

Troisièmement, l'opération anti-terroriste globale Sinaï, 2018 a contraint les groupes terroristes à modifier radicalement la nature de leurs attentats, désormais très faibles. En 2017, les groupes terroristes ont été contraints à recourir aux opérations suicide, ce qui donne une indication sur les succès des appareils de sécurité. En effet, les terroristes ont été obligés de sacrifier des vies dans des opérations dont l'unique but est deprouver qu'ils existent encore.

Quatrièmement, l'opération militaire globale Sinaï 2018 a permis de détruire les infrastructures terroristes : tunnels, dépôts d'armes, munitions, engins explosifs improvisés, centres médiatiques. Elle a permis également la saisie et la destruction d'un grand nombre de véhicules, de motos et de grandes quantités de matériel explosif ainsi que l'élimination de plus de 500 terroristes, et l'arrestation d'un grand nombre d'éléments terroristes ou présumés terroristes, de suspects et de criminels recherchés par la justice. Dix mois après le lancement de l'opération militaire globale Sinaï 2018, les forces armées ont atteint plusieurs objectifs stratégiques comme suit.

Premièrement : l'opération globale Sinaï 2018 a visé les dirigeants du premier et du deuxième rang de l'organisation terroriste Wylayet Sina, anciennement Ansar beit Al-Maqdèss. Le dernier succès a été l'élimination du chef de l'organisation Abu Osama Al-Masri et beaucoup d'autres dirigeants du premier rang.

Deuxièmement, les gardes frontière et la marine égyptienne ont réussi à renforcer le contrôle des frontières terrestres et maritimes, que ce soit aux frontières Est ou aux frontières ouest et sud, en interdisant le transfert des fonds, des armes, des équipements et des personnes aux groupes terroristes du nord Sinaï.

Troièmement, le massacre de la mosquée d'Al-Rawda à Bir Al-Abd, perpétré par l'organisation terroriste Wylayet Sina en novembre 2017 et qui a entraîné la mort de plus de 300 personnes innocentes, a donné lieu à un élan de solidarité parmi les citoyens avec les services de sécurité face aux éléments terroristes dans le Sinaï, ce qui a permis aux appareils de sécurité d'asséner des coups décisifs aux organisations terroristes.

"