Rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Comité des experts conseillers
Roland Jacquard - Richard Labévière - Atmane Tazaghart - Ian Hamel
ad a b
ad ad ad

Ce sont les économies potentiellement les plus importantes dans le monde en 2030

mercredi 09/janvier/2019 - 08:51
La Reference
طباعة

Inda Kouran

8 janvier 2019

Sept des marchés émergents actuellement devraient faire partie des dix économies les plus importantes dans le monde en 2030.

De nouvelles prévisions à long terme concernant les produits intérieurs bruts des pays du monde viennent modifier leur classement. C’est ainsi que la Standard Chartered Bank prévoit que la Chine deviendra la première économie en 2020, en utilisant les taux de change calculés sur la base des parités de pouvoir d’achat et le Produit Intérieur Brut Nominal.

Quant à l’économie indienne, elle devrait devenir plus grande que celle des Etats-Unis durant la même période de temps, alors que l’Indonésie rejoindra le groupe des cinq premières économies.

 

Les étoiles montantes

Les dix premiers pays classés selon leur Produit Intérieur Brut Nominal en utilisant les taux de change calculés sur la base des parités de pouvoir d’achat sont :

La Chine : 64,2

L’Inde : 46,3

Les Etats-Unis : 31,0

L’Indonésie : 10,1

La Turquie : 9,1

Le Brésil : 8,6

L’Egypte : 8,2

La Russie : 7,9

Le Japon : 7,2

L’Allemagne : 6,9

 

David Mann, qui dirige l’équipe d’économistes de la Standard Chartered Bank, a écrit : « Nos prévisions de croissance à long terme sont fondées sur un principe unique : la part des pays dans le Produit Intérieur Brut mondial doit correspondre au bout du compte à leur part dans la population mondiale, comme résultat de la convergence entre le PIB par habitant dans les économies développées et les économies émergentes ».

L’équipe a ajouté dans un mémorandum qu’elle prévoyait que la croissance en Inde allait augmenter jusqu’à 7,8% en 2020, tandis que celle de la Chine allait diminuer jusqu’à 5% en 2030, ce qui reflète un ralentissement naturel étant donné la taille de son économie.

La part de l’Asie dans le PIB mondial – qui est passée de 20% en 2010 à 28% l’année dernière – devrait passer à 35% en 2030, ce qui équivaut à la part de la zone euro et des Etats-Unis réunis.

Ci-dessous d’autres résultats auxquels sont parvenus les économistes du la Stardard Chartered :

-     Le rythme des réformes dans les marchés émergents a une influence sur la croissance de la productivité.

-     La fin de la période de l’assouplissement quantitatif pourrait signifier davantage de pressions sur les économies pour réformer les orientations de la productivité et la relancer.

-     La classe moyenne est à un point critique, car la majorité de la population mondiale appartiendra à cette catégorie de revenus en 2020.

-     La croissance de la classe moyenne est poussée par l’expansion urbaine, et l’enseignement doit aider à faire face aux effets de la tendance rapide au vieillissement de la population dans nombre d’économies, dont la Chine.

 

"