Rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Comité des experts conseillers
Roland Jacquard - Richard Labévière - Atmane Tazaghart - Ian Hamel
ad a b
ad ad ad

Le désarroi des Daéchiens… al-Baghdadi tombe dans le désespoir et ses adeptes sont psychologiquement vaincus

jeudi 10/janvier/2019 - 01:23
La Reference
طباعة

Mohammad Aboul Ouyoun

 

L’Observatoire d’al-Azhar de lutte contre l’extrémisme affirme que le discours actuel de l’organisation terroriste Daech trahit une « défaite psychologique cinglante », ajoutant que les défaites militaires successives subies par l’organisation en Syrie et en Irak l’ont obligée à modifier son ton arrogant.

Et l’Observatoire explique que Daech présente maintenant ses dernières pertes comme un « test » de ses combattants, de leur sincérité et de leur fermeté, et qu’ils seront rétribués dans tous les cas.

En effet, l’organisation a prétendu durant les années passées qu’elle était la gardienne du dogme et la protectrice de la religion, ses victoires en Irak et en Syrie lui ayant fait croire qu’elle allait contrôler ces territoires pour toujours.

Elle s’est ainsi présentée comme le « groupe sauvé (de l’Enfer) » et élu par Dieu, interprétant ainsi de façon erronée certains versets coraniques et hadiths prophétiques. Elle a également perverti la notion de « djihad », en prétendant que ses destructions et crimes en font partie, alors que le combat mentionné dans le Coran et la Sunna n’est que défensif, et visait à repousser les attaques des polythéistes contre le Prophète et ses Compagnons.

Et maintenant que Daech a été vaincue, sa propagande triomphaliste a changé, mais al-Baghdadi cherche toujours à accréditer l’idée qu’en cas de défaite comme de victoire, ceux qui suivent son idéologie sont plus aimés de Dieu que les autres.

Et l’Observatoire d’al-Azhar affirme que Daech manipule ses adeptes en les appelant ainsi à l’endurance face aux pertes qu’elle a subies, mais que son discours trahit une défaite psychologique qui n’est pas moins grave que sa défaite militaire, comme en témoigne la dissidence de nombre de ses membres et leur retour dans leurs patries, après avoir compris l’escroquerie dont ils étaient victimes.

Tout cela montre clairement la faiblesse actuelle de l’organisation, et les signes de son effondrement interne sont devenus évidents pour tous, même si elle essaie de prouver le contraire. Et cela impose à son tour à toutes les instances concernées la nécessité de continuer à combattre cette pensée extrémiste avec résolution, jusqu’à sa disparition complète.

"