Rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Comité des experts conseillers
Roland Jacquard - Richard Labévière - Atmane Tazaghart - Ian Hamel
ad a b
ad ad ad

Les confrontations entre l'organisation de libération du Levant et le mouvement de Nourredine Zanki atteignent le mont Barakat en Syrie

vendredi 11/janvier/2019 - 04:53
La Reference
طباعة

Ayat Ezz

La soi-disant Organisation de libération du Levant (un groupe terroriste opérant dans la province d'Idlib au nord de la Syrie) s'est emparée du mont Barakat, le plus haut sommet de la région occidentale d'Alep, suite à des affrontements avec le dit mouvement de Nourrerdine Zanki affiliée au Front national de libération au cours des derniers selon l'agence SANA.

Le porte parole de l’agence a déclaré que l’Organisation de Libération du Levant contrôle désormais le mont du cheikh Baraket, mais Mohamed Adib, membre du bureau médiatique du front national de libération (FNL), a nié que l'OLL ait approché le mont Barakat. Les informations qui émanent des deux parties sont donc contradictoires. 

L’organisation de libération du Levant et le mouvement de Nourredine Zanki s’étaient mutuellement accusés ces derniers jours d’avoir violé l'accord conclu dimanche dernier et censé régler les différends entre les deux organisations après l'assassinat d'éléments du mouvement de Nourredine Zanki dans la région Dara Azza à l'ouest d'Alep.

Selon des journaux syriens locaux, le sommet du mont Barakat était contrôlé par le mouvement de Nourredine Zanki tandis que les extrémités de la Montagne étaient contrôlées par l'Organisation de libération du Levant.

Le mont Barakat jouit d'un emplacement stratégique important à l'ouest d'Alep. Il domine toute la campagne d'Alep, de l'ouest, du nord et de l'Est. De plus, il donne sur les villes d'Afrin, de Nabal et d’Al Zahra contrôlée par l'armée syrienne

Le mont abrite plusieurs tours de télécommunication, civiles et militaires, à une hauteur d’environ mille mètres au dessus du niveau de la mer.

Le mont Barakat était auparavant occupé par un bataillon de la défense anti-aérienne syrienne avant que la région toute entière ne soit reprise par les factions armées rebelles en juin 2016. La Turquie a ensuite pris le contrôle de la montagne et l'a utilisée à des fins de reconnaissance durant ses combats avec les Kurdes à Afrin l’année dernière.

"