Rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Comité des experts conseillers
Roland Jacquard - Richard Labévière - Atmane Tazaghart - Ian Hamel
ad a b
ad ad ad

Boko Haram pris dans l’étau de l’armée nigériane et le bourbier nigérien

samedi 12/janvier/2019 - 07:58
La Reference
طباعة

L’armée nigériane a fermement renvoyé l’attaque répétée de Boko Haram (dépendant de Daesh) contre les bases militaires nigérianes mardi dernier dans les Etats nord-est de Borno et de Yobe. Des dizaines de militaires y ont laissé leur vie.

Dans un communiqué publié par la presse jeudi, l’armée nigériane a indiqué qu’elle a procédé à de vastes opérations militaires en coopération avec l’armée de terre et l’aviation nigériane pour suivre et arrêter les éléments terroristes de Boko Haram, aux alentours du Lac Tchad, notamment dans les Etats de Borno et de Yobe, dans le Nord-Est du Nigeria.

Boko Haram, affilié à Daesh, a perpétré des attaques terroristes dans les deux Etats du Nord-Est du Nigeria la semaine passée ayant abouti à 140 morts et des dizaines de blessés parmi les militaires nigérians.

Les terroristes boko-haramistes avaient envahi le département de Baga, au bord du Lac Tchad, sur le point frontalier entre le Nigeria, le Cameroun, le Tchad et le Niger, qui est une zone stratégique très important pour les quatre pays.

Ils ont perpétré plusieurs des opérations terroristes dont le plus récent a eu lieu mercredi dernier contre les la base militaire de Baga faisant au moins 10 morts parmi les militaires nigérians. A l’issue de cette dernière attaque des centaines de familles ont fui leurs domiciles.

En 2015, Boko Haram a procédé des opérations des massacres tuant de centaines de personnes, pour dominer la zone du Lac Tchad et devenir l’un des groupes terroristes les plus dangereux en Afrique de l’Ouest.

Dans le même cadre, l’Armée nigérienne a déclaré jeudi qu’elle a lancé des opérations de grande envergure dans la région du Lac Tchad contre Boko Haram ayant entrainé la mort de 287 terroriste dudit groupe.

L’armée nigérienne a déclaré qu’elle a lancé une grande et vaste opération de balayage le 28 décembre dernier concentrée sur le long du fleuve Comadugu (entre le Niger et le Nigéria et sur les îles du lac Tchad) qui est constitué des marais d’eau où se cachent les éléments de Boko Haram.

Cette opération a été lancée en guise de prévention contre les attaques de Boko Haram, a indiqué le ministre nigérien de la Défense Kalla Moutari.

Pour sa part, le chercheur sur les affaires africaines, Ahmed Askar, a déclaré que les opérations militaires se déroulaient dans le cadre de la coordination régionale entre les pays d'Afrique de l'Ouest (Cap Vert - Burkina Faso - Bénin - Zambie - Ghana - Guinée Bissau - Libéria - Niger - Nigéria - Mali - Mauritanie - Sénégal - Sierra Leone - Togo - Côte d'Ivoire), victimes d'attaques de Boko Haram, branche de Daesh.

L’escalade des attaques suicides lancées par le groupe Boko Haram au Nigeria et sur la frontière avec le Niger a fait que les pays conjuguent leurs forces pour repousser les terroristes et afin qu'ils puissent arrêter leurs opérations, a indiqué M. Askar dans une déclaration qu’il a faite à La Référence.

Et d’expliquer : le Nigeria tente actuellement de compter sur lui-même après la procrastination des États-Unis pour assister Abuja à la guerre contre le groupe Boko Haram, qui représente aujourd'hui le plus grand danger sur le continent africain.

"