Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

L'accord de Stockholm menacé en raison des violations Houthies de l'accord de Stockholm

dimanche 13/janvier/2019 - 07:58
La Reference
طباعة

Ali Rajab

La poursuite des violations houthies augure de l’effondrement de l'accord de Stockholm et d'un retour à la lutte armée au Yémen, surtout avec l’envoi par les milices Houthies, soutenues par l'Iran, de renforts militaires à Hodeidah, en violation des dispositions de l’accord de Stockholm.

Les milices putschistes Houthies ont déployé de nouveaux renforts dans les provinces de Hays et d'al-Tehitta, au sud de Hodeidah.

Parrallèlement, les Houthies ont continué à violer le cessez-le-feu à Hodeidah et ses environs en l'absence de corridors humanitaires, et ce dans une tentative de contourner l'accord de Stockholm qui stipule un retrait de Hodeidah et de ses ports.

Le premier secrétaire du gouvernorat de Hodeidah, Walid Al-Qadmi, a déclaré : "Les tergiversations houthies qui ne veulent pas ouvrir la voie à l'aide humanitaire au niveau du port de Hodeidah et jusqu'au kilomètre 16, et la bienveillance du  gouvernement légitime qui a permis le transit de l'aide dans les zones qu'il contrôle, montrent bien qui est à l'origine de l’obstruction des opérations de secours et du travail humanitaire réclamés par la communauté internationale"

Le 1er janvier, le général onusien Patrick Cammaert, a présidé la réunion de la Commission tripartite visant à coordonner le redéploiement à Hodeidah. Le comité comprend des représentants du gouvernement légitime et des Houthis. Pour sa part, le gouvernement yéménite a appelé les Nations Unies à travailler fermement pour mettre en œuvre l'accord suédois et à faire pression sur les milices houthies pour qu'elles se retirent d'Hodeidah.

Yahya Abu Hatem, colonel de l'armée yéménite et expert militaire, affirme que : "Les milices houthies ne mettront jamais en œuvre l'accord sur Hodeidah, et n'appliqueront jamais ses dispositions. Ce qu'ils veulent c'est de gagner du temps", dit-il.

Le politologue yéménite Ali Al-Bekhiti affirme pour sa part que : "Chaque jour, le monde découvre tout le le mal que les Houthis ont fait aux Yéménites".

Et d'ajouter sur son compte Twitter : "En moins d'une semaine, les Houthis ont reçu plusieurs gifles de la part de la communauté internationale. La première gifle a été les déclarations du porte-parole du Secrétaire général de l'ONU, qui a révélé la mise en scène houthie de la remise du port de Hodeidah. La deuxième gifle a été le scandale du vol, par les milices, de l'aide du Programme alimentaire mondial (PAM). Quant à la troisième gifle c'est l'enquête réalisée par le Washington Post qui révèle comment les Houthis répriment la société à Sanaa"

L'analyste affirme en outre qu'en raison de la mise en scène de la remise du port de Hodeidah, les Houthis ont perdu en l'espace d'une semaine la confiance qu'ils avaient gagnée auprès de la communauté internationale en une décennie. "Leur relation avec l'observateur international en chef, le général Patrick Cammaert, est toujours mouvementée. Celui-ci est choqué face à leurs tentatives de l'instrumentaliser personnellement dans cette mise en scène", conclut Al-Bekhiti.

 

 

"