Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Pourquoi le Kenya? Les significations de l’attaque terroriste des Chébabs Moudjahidines

samedi 26/janvier/2019 - 01:20
La Reference
طباعة

Le Kenya a été victime d’une attaque terroriste qui a visé l’un des hôtels de luxe de la capitale Nairobi, et qui a coûté la vie à 15 personnes. Le mouvement somalien des Chébabs a revendiqué l’attaque.

Le président kenyan Uhuru Kenyatta a annoncé hier mercredi que tous les auteurs de l’attaque avaient été liquidés et que 700 personnes assiégées dans l’hôtel avaient été évacuées, après une confrontation avec le mouvement des Chébabs qui a duré plus de 20 heures.

Ce n’est pas la première attaque de ce genre, et en 2015, le mouvement des Chébabs avait lancé trois attaques terroristes. De même, le 6 octobre 2016, six hommes d’un site de travaux publics dans le comté de Mandera au nord-est du Kenya avaient été tués, et le 5 juin 2017, trois officiers de police

subirent le même sort dans la région côtière de Lamu. Enfin, le 3 janvier 2018, cinq policiers kenyans furent tués également à Mandera.

Pourquoi les Chébabs visent-ils le Kenya ?

Selon une étude publiée par le Centre de recherches et d’études de Mogadiscio, les organisations terroristes ont commencé à viser le Kenya en 1998, lorsqu’al-Qaïda lança deux attaques contre les ambassades américaines à Nairobi et à Dar es Salam, faisant près de 224 morts.

Et suite à ces attaques, le mouvement des Chébabs Moudjahidines est apparu, et a lancé nombre d’attaques au Kenya, ce qui a contraint le gouvernement kenyan à intervenir militairement en Somalie pour liquider le mouvement.

Dans des déclarations à al-Marga’, Mohammad Ezzeddine, spécialiste de l’Afrique, a affirmé que le Kenya fait partie des Etats africains voisins de la Somalie qui combat le plus le terrorisme, surtout le mouvement des Chébabs, ce qui provoque des crises graves entre les deux parties, surtout que les Chébabs veulent prendre le contrôle de certains villages kenyans et en faire des fiefs terroristes.

"