Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

"C’est un pays musulman, mais nous avons nos églises !": le pape termine sa visite aux Emirats arabes unis, pays où la liberté de culte est respectée

mardi 05/février/2019 - 05:24
La Reference
طباعة

Le pape François a achevé mardi 5 février une visite historique aux Emirats arabes unis par une grande messe en plein air, chose inédite dans un pays qui autorise la pratique de la foi chrétienne tant qu’elle se déroule dans les églises.

Plus de 170 000 fidèles se sont rassemblés mardi matin au grand stade de la ville pour l'écouter. Pour Norin, expatriée indienne de 27 ans, une célébration au stade a une saveur particulière. "Je n’avais jamais mis les pieds tout court dans ce stade, explique-t-elle avec enthousiasme. C’est formidable d’être bénie par le pape ici !"

D’habitude, je vais à la messe chaque semaine et une fois par mois je peux même la suivre dans ma propre langue, le koncani !

Norin

à franceinfo

L’homélie du pape s’adresse à une communauté catholique constituée d’expatriés. Des Asiatiques, essentiellement venus chercher une vie meilleure aux Emirats, riche terre pétrolière. "Pour vous, ce n’est certes pas facile de vivre loin de la maison et de sentir outre l’absence des personnes les plus chères, l’incertitude de l’avenir. Mais le Seigneur est fidèle et il n’abandonne pas les siens"

Plus politique, il avait demandé lundi aux autorités d’assurer une liberté religieuse à tous les citoyens. Un message à l’adresse de toute la péninsule, y compris l’Arabie saoudite voisine, où seul l’islam est toléré. Joseph fidèle libanais s’arme de patience. "Ce qu'on voit aujourd'hui ici était impossible avant, indique-t-il. J'espère bien qu'on va fêter la même chose en Arabie saoudite..."  Ici, confirme Eyesa, une jeune Philippine, la liberté de culte est en effet réelle.

C’est un pays musulman, mais nous avons nos églises. On a de la chance ! Cela n’a jamais été un problème pour moi. Jusqu’ici tout va bien...

Eyesa

à franceinfo

La liberté de culte est une chose, la liberté religieuse en est une autre, a pourtant souligné le pape François lundi soir, le regard tourné vers l’ensemble de la Péninsule arabique, Arabie Saoudite comprise : "La liberté religieuse voit dans l’autre un frère véritable. Un frère qu’aucune institution humaine ne peut forcer. Même en son nom."

"La liberté religieuse complète, je ne la vois pas"

L’évêque chargé pour l’Eglise catholique du Qatar, Bahrein, Koweit et de l’Arabie Saoudite, Mgr Camillo Ballin suit le Pape tout en confiant ses doutes. "La liberté religieuse complète, je ne la vois pas, indique l'évêque. Cela voudrait dire que les musulmans, par exemple, seraient libres de changer de religion et ce n’est pas possible. Il y a la liberté de culte : nous sommes dans le berceau de l’islam, aussi permettre qu’il y ait des églises, c’est déjà beaucoup."

Les conditions ne sont pas encore réunies pour un déplacement du pape en Arabie saoudite. Mais le pape François ouvre une brèche avec ce premier voyage dans la Péninsule arabique.

"