Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Assassinat de Boqore doyen des législateurs par les Chebabs somaliens

jeudi 07/mars/2019 - 07:27
La Reference
طباعة
Ahmed Adel 

Bien qu'il ait dépassé les 80 ans, cela n'a absolument pas plaidé en sa faveur et le terrorisme des Chebabs n'a hésité un seul instant à l'assassiner. 
Le député somalien Osman Elmi Boqore a été assassiné à bord de sa voiture à Mogadiscio, la capitale, samedi soir, dans une attaque revendiquée par les Chebabs dans un communiqué publié sur le site Telegram. 
Peu avant l'incident, Boqore avait informé les organes de sécurité d'être en danger et menacé par des éléments du mouvement des Chebabs et avait même réclamé une protection sécuritaire pour lui et sa famille. 
Osman Elmi Boqore vit le jour dans une banlieue de la ville côtière de Zayla dans le nord du pays. Après le décès de sa mère, il déménagea en compagnie de son père dans la ville d'Ali Sabieh à Djibouti en 1953. Il retourna au bercail en 1962 puis décida d'entrer dans l'armée somalienne et n'arrêta de monter en grades jusqu'à devenir colonel. 
 Le gouvernement central chuta en 1991, le pays s'écroula et entra dans le cercle vicieux du terrorisme qui s'empara du pays depuis cette date. Boqore refusa de s'enfuir et quitter le pays, il prit la décision de rester pour contribuer à combattre l'extrémisme et le terrorisme, même après  la fin de ses services dans l'armée. Il appela à plusieurs reprises à la nécessité d'affronter l'expansion des Chebabs dans le pays, et présenta d'ailleurs nombtre de demandes d'interpellation à ce propos. 
Boqore fut successivement député depuis le Parlement provisoire formé dans la station balnéaire djiboutienne d'Arta en 2000. Il occupa durant deux mandatures le poste de 2ème vice-président du Parlement, dans la période de 2009-2012, tout comme il fut président du Parlement à titre provisoire le 27 décembre 2013.
Il importe d'indiquer qu'il était membre de la commission de la défense de l'actuel Parlement, et ce jusqu'à son assassinat.
"