Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

L’Inde et le Pakistan… guerre sans fin et haine complexe

vendredi 08/mars/2019 - 01:59
La Reference
طباعة

Les frontières indo-pakistanaises ont été témoins d’une escalade militaire sans précédent depuis de longues années, en particulier dans la région du Cachemire, qui fait l’objet d’un litige entre les deux voisins dotés de l’arme nucléaire. C’est ainsi que l’armée indienne s’est lancée dans une campagne militaire après que l’une de ses unités ait été victime d’une attaque armée des éléments du groupe pakistanais « Armée de Mohammad » qui s’est soldée par la mort de 40 soldats.

L’armée indienne a ainsi annoncé qu’elle avait abattu un avion de combat pakistanais qui avait franchi la frontière, tandis qu’Islamabad a affirmé que sa défense aérienne avait abattu deux avions indiens.

Suite à cela, les forces internationales se sont empressées de diminuer la tension entre les deux parties, pour éviter un conflit nucléaire dans la région.

L’Inde accuse l’armée pakistanaise de soutenir les groupes islamistes pour les utiliser comme moyens d’attiser le conflit au Cachemire, mais s’est en même temps imposée la retenue, pour éviter de perdre le contrôle de la situation.

De son côté, le Pakistan pourrait utiliser l’arme nucléaire en cas de guerre conventionnelle s’il se trouvait acculé à la défaite, ce que veulent éviter à tout prix les forces internationales.

Il n’a cependant pas intérêt à l’escalade, étant donné ses intérêts économiques avec la Chine, qui a promis plus de 60 milliards de dollars de prêts et investissements dans ce pays, et le fait qu’il mène actuellement des négociations avec le FMI pour obtenir un prêt de 8 milliards de dollars. En effet, toute escalade militaire ne fera que nuire à sa croissance économique en faisant fuir les investissements étrangers.

D’autre part, la crise a déjà eu des conséquences négatives sur l’économie mondiale et en particulier sur le commerce, les bourses et le mouvement de personnes, suite à l’annonce par l’administration de l’aviation civile pakistanaise de la fermeture de son espace aérien.

"