Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Les Frères musulmans accusés… après l’apparition du tarbouche d’Al-Banna sur le dinar libyen

lundi 11/mars/2019 - 08:10
La Reference
طباعة

Sarah Rachad

 

Une polémique a éclaté après la mise sur le marché libyen du nouveau dinar, après approbation du gouverneur de la Banque centrale de Libye, As-Siddiq Al-Kabir, en février dernier.

En effet, certains ont remarqué qu’on voyait sur le dinar, une fois exposé à la lumière, le visage du fondateur du groupe des Frères, Hassan Al-Banna, avec son tarbouche.

A la suite de cela, l’avocat Abdel Hafiz As-Sanoussi a déposé une plainte contre le gouverneur de la Banque centrale de Libye à Tripoli, en demandant le retrait du nouveau dinar du marché.

Il est même allé plus loin que cela, en remettant en cause la légitimité de l’administration actuelle de la Banque centrale, dont la plupart des membres font partie des Frères musulmans.

Notons aussi que le chef du gouvernement d’union nationale Fayez Al-Sarraj avait nommé fin février le cadre du groupe des Frères musulmans Moustapha Al-Manie membre du Conseil d’administration de l’Autorité libyenne d’investissement (Fonds souverain) et l’autre cadre du groupe Youssef Al-Mabrouk vice-président de ce conseil, avec les prérogatives de directeur général.

C’est alors que la Force de protection de Tripoli (milice ayant son siège à Tripoli) a lancé une attaque contre le chef du gouvernement, en l’accusant de livrer l’Etat au groupe des Frères.

De son côté, le chercheur libyen Mohammad Az-Zubaydi a mis en garde contre le contrôle par les Frères musulmans du secteur financier libyen, en affirmant qu’ils l’utilisaient pour voler les richesses du peuple libyen. 

Pour sa part, la journaliste libyenne Fatima Ghandour a affirmé que le contrôle par les Frères des institutions économiques était temporaire, et qu’ils allaient être rejetés par le peuple qui a compris les trahisons de cette organisation. Et elle a rappelé à ce propos les résultats des élections qui ont suivi la « révolution du 17 février » et durant desquelles les islamistes n’avaient pas réalisé un score important.

 

 

"