Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Les sifflets des Frères… une tentative désespérée pour faire revenir le groupe terroriste

jeudi 14/mars/2019 - 01:55
La Reference
طباعة

 

Duaa Imam

 

Les Frères ont annoncé des initiatives de « sifflets » comme moyen de pression sur le gouvernement et le peuple.

Les bras médiatiques des Frères au Qatar et en Turquie n’ont pas cessé de diffuser des scènes anciennes de la place Tahrir, montrant des dizaines de gens en tenue d’été réunis sur la place, ce qui prouve la duperie de leurs allégations, surtout que les médias égyptiens ont diffusé en direct les images de la place.

Par les sifflets et les hachtags sur les médias sociaux, les Frères ont cherché à mobiliser des gens appartenant au Groupe et à pêcher en eau trouble, d’autant plus qu’ils ont fait circuler des séquences filmées montrant quelques individus sortant la tête de leurs fenêtres et apparaissant sur leurs terrasses sifflant ou frappant sur des récipients sans préciser le lieu ni la date de ces faits, ce qui leur fait perdre leur crédibilité.  

L’analyste politique Sameh Askar a affirmé que l’idée des sifflets convient à la mentalité primitive des Frères, du fait qu’elle est apparue au Moyen Age, ce qui prouve que le groupe continue de vivre à l’époque des Omeyyades et des Abbassides, indiquant que la révolution et le fait de manifester son opposition continue d’être le fait de dirigeants qui opèrent sur le terrain et d’élites cultivées, et que les Frères n’ont pas ces caractéristiques, d’autant plus que leurs dirigeants sont soit en prison soit en fuite.

Il a affirmé que le recours du groupe aux sifflets prouve que les Frères continuent d’agir de façon isolée, sans coordination avec des forces d’opposition ou libérales, et montre l’incapacité des élites fréristes à influencer l’opinion et leur faiblesse, qualifiant leur initiative de « stupide ».

Il a ajouté que le sifflet n’a aucun impact : « si l’on suppose qu’un million de Frères vont siffler depuis des endroits différents, cela ne sera entendu que par les voisins, et cela est un mauvais comportement social qui leur vaudra davantage de refus ».

"