Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Tripoli : Les combats se poursuivent

jeudi 11/avril/2019 - 08:45
La Reference
طباعة

Malgré des appels internationaux à la cessation des hostilités, de violents combats près de Tripoli opposaient toujours les forces du maréchal Khalifa Haftar, qui veut conquérir la capitale, aux troupes du «gouvernement d’union nationale» (GNA), reconnu par l’ONU, mais acculé dans le nord-ouest du pays.

Sans succès, l’ONU a appelé à une trêve alors que les combats continuent entre l’«Armée nationale libyenne» de Khalifa Haftar et les forces loyales au «gouvernement d’union nationale» installé à Tripoli.

De même que les Nations unies, les États-Unis ont appelé à l’«arrêt immédiat» de l’offensive du maréchal libyen. Mais les grandes puissances ne sont pas parvenues à se mettre d’accord à l’ONU sur une position commune concernant la crise libyenne.

Les combats ont particulièrement fait rage au sud de Tripoli, en particulier à Wadi Rabi et dans le périmètre de l’aéroport international, inutilisé depuis sa destruction par des combats en 2014.

Dimanche, le porte-parole des forces du GNA a proclamé le début d’une contre-offensive nommée «Volcan de la colère».

Sarraj a affirmé que des soutiens affluaient de toutes les régions du pays pour soutenir les forces du GNA. Les puissants groupes armés de la ville de Misrata – 200 kilomètres à l’est de Tripoli – semblent avoir décidé de participer à la défense de la capitale, de même que ceux des villes de Zentan et de Zawiya, respectivement au sud-ouest et à l’ouest de la capitale.

La délégation russe avait demandé que la déclaration formelle du Conseil appelle toutes les forces armées libyennes, et pas seulement celles du maréchal Haftar, à cesser leurs opérations, selon ces sources.

Cette proposition russe de modification ayant été rejetée par les États-Unis, la Russie s’est opposée à l’adoption de la déclaration. Sarraj a accusé Haftar d’œuvrer à «saper le processus politique» pour «plonger le pays dans un cycle de violence et de guerre destructrice».

"