Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Emmanuel Macron, "un Président mal-aimé"

dimanche 14/avril/2019 - 11:18
La Reference
طباعة

Les Gilets jaunes face à Emmanuel Macron? Un problème de reconnaissance et de demande d'amour, estime dans le JDD le psychanalyste Michel Schneider*

"Le président Macron voulait mettre la France en marche, mais les Gilets jaunes, en bloquant l'espace, ont voulu arrêter le temps. L'un et les autres ont-ils voulu faire un arrêt sur image? Leur image? La guerre des samedis ne fut-elle qu'une bataille de narcissismes entre individus en mal de reconnaissance? Au-delà des revendications sociales et des mesures économiques, des questions identitaires se jouaient non seulement entre quelques dizaines de milliers de manifestants et Macron, mais entre les Français et leur Président, élu avec 20.743.128 voix et devenu celui que nombre d'entre eux aiment haïr.

Il a très mal vécu d'être détesté (mais qui aime être haï?) et surtout de ne pas être reconnu pour ses mérites. Derrière la plainte de ne pas être entendu se tient toujours la demande inconsciente d'être aimé. Il y avait d'un côté quelque chose de pathétique dans ces appels à l'État et à son chef de la part d'une catégorie sociale dans une souffrance plus imaginaire que réelle ou symbolique. Le 'ressenti' n'est jamais loin du ressentiment : c'est la faute à… Sous le "Macron, on te hait", on pouvait entendre : 'Mais pourquoi ce mépris? Tu ne nous aimes pas.'

En face, que dire de la demande d'amour du Président lui-même qui, au début du mouvement, avait pourtant déclaré : 'Je ne crois pas que les Français attendent que je les aime et je n'attends pas d'eux qu'ils m'aiment." Sages paroles ou dénégation ? "Le pire, aurait-il dit, c'est quand les gens sont indifférents ; quand il y a de la haine, c'est qu'il y a aussi une demande d'amour.'"

*Auteur de "Big Mother, psychopathologie de la vie politique" (Odile Jacob) et "Miroirs des princes" (Flammarion)


"