Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Pourquoi les Canadair ne peuvent pas intervenir

lundi 15/avril/2019 - 09:34
La Reference
طباعة

Le président Trump, faisant état de sa peine face à l'incendie de la cathédrale de Paris, a suggéré d'envoyer les Canadair combattre le feu. Encore une fausse bonne idée ! Les bombardiers d'eau français sont basés dans le Midi près de la majorité des zones potentielles d'incendie. Aussi, pour venir de Nîmes où ils stationnent, en région parisienne, plus de deux heures de vol auraient été nécessaires à la vitesse d'environ 300 km/h. Ces avions n'ont pas été taillés pour la vitesse, mais pour larguer à basse altitude 6 000 litres de liquide.

Arrivés près de Paris, les Canadair auraient dû remplir leurs soutes l'eau sur l'une des hydrobases de la région parisienne, mais pas sur la Seine dans Paris, puisque l'espace entre les ponts est trop limité. En supposant que le décollage soit intervenu dès l'alerte donnée, les Canadair se seraient présentés au coucher de soleil. Ceux-ci ne sont pas autorisés par la Sécurité civile à opérer de nuit. Près de Paris, on ne trouve pas non plus d'hélicoptères lourds équipés pour transporter de l'eau et la larguer.

Par ailleurs, l'intervention en milieu urbain de ces avions n'est pas évidente. Les risques sont importants en larguant ainsi 6 tonnes près des immeubles parisiens.

"