Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Les toits de Notre-Dame de Paris comme vous ne les verrez plus

lundi 15/avril/2019 - 09:38
La Reference
طباعة
La charpente du début du XIIIe siècle est partie en fumée. Histoire de l'un des chefs-d'œuvre de l'art gothique sérieusement endommagé.
Il y a tout juste un an, Le Point s'était rendu sur les toits de Notre-Dame de Paris pour un reportage photographique exceptionnel, juste avant le chantier de restauration de la flèche de Viollet-le-Duc. L'étroit escalier en colimaçon grimpant jusqu'aux cimes ouvrait sur un décor à couper le souffle : la charpente de la cathédrale, des mètres carrés de couloirs et de passerelles en chêne qui surplombent la nef. C'était la « forêt », une charpente rarissime et, pour l'essentiel, d'origine médiévale, datant de 1220 à 1240. « La plupart des charpentes de cathédrale ont brûlé », comme l'explique le professeur d'histoire de l'art du Moyen Âge Dany Sandron. À Chartres, c'est la foudre qui a allumé l'incendie en 1834. À Reims, ce sont les bombardements qui ont mis le feu à la charpente. » Celle de Notre-Dame était unique, jusqu'à ce terrible incendie...

Sur le toit, le spectacle s'avérait aussi fascinant qu'inquiétant. On y voyait la vétusté de la structure, la pierre attaquée par la pollution, des balustrades remplacées par de vulgaires planches de bois, des tubes de PVC qui pendaient en lieu et place des gargouilles, des pierres carrément disjointes, au point qu'un pinacle, basculant dangereusement vers l'avant, avait été grossièrement agrafé à son socle. À l'époque, il fallait 150 millions d'euros pour restaurer la cathédrale. Aujourd'hui, bien plus.


"