Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Le beau-fils d’Erdoğan, un corrompu

vendredi 19/avril/2019 - 08:23
La Reference
طباعة

Le beau-fils d’Erdoğan a été l'année dernière, impliqué dans un scandale de corruption en Iran où il faisait face à un procès impliquant d’autres hommes d'affaires turcs dont Reza Darrab et des responsables turcs. 

Des événements dramatiques dans lesquels la National Iranian Oil Company (NIOC) a accusé le beau-fils du président turc Recep Tayyip Erdoğan de s’accaparer de l'argent du pétrole iranien. 

« Au cours d'une séance du procès, le représentant de la compagnie pétrolière nationale iranienne, Mahdavi, a accusé le beau-fils d’Erdoğan de s’accaparer de l'argent du pétrole iranien au lieu de le restituer au trésor public. » 

L'argent du pétrole iranien a été utilisé pour l'achat d'une usine d'aluminium et l'achat d'une entreprise de transport à la fonderie pour le beau-fils d’Erdoğan.

Cela vient à un moment où l'indice international de corruption de l'année dernière révélait l'étendue de la corruption en Turquie, alors qu’il y a la peur qui planait du fait que la dictature du président Recep Tayyip Erdoğan ne conduise à l’exacerbation du phénomène dans le pays.

Berat (40 ans) est marié à Esra, la fille aînée d'Erdogan, depuis 2004. Son influence au cours des dernières années a été marquée par une montée en puissance remarquable au sein du régime et du parti au pouvoir (AKP) avant de se marier avec la fille d'Erdogan. 

Il a été le directeur des « Tigres anatoliens » du Parti de la justice et du développement (AKP), tout comme il a acheté le journal turc Al-Sabah pour 1,5 milliard de dollars et la chaîne d'information Khobar après avoir reçu un prêt de 750 millions de dollars des banques gouvernementales. 

Il a quitté le groupe qui est maintenant repris par son frère Yavuz. Il s'est présenté aux élections en 2015 sous les couleurs de l’AKP, devenant député et, quelques mois plus tard, ministre de l'Énergie en 2015.

Le journal britannique Independent rapportait en décembre 2016 qu'il existait de solides preuves de la participation de Bayrak à Dahesh et qu'il entretenait des relations avec une société turque accusée d'avoir acheté du pétrole à Daesh, qui contrôlait un grand nombre de puits de pétrole en Syrie et en Irak de 2015 à 2016. Accusations réfutées par le gouvernement turc.

La Russie a accusé la famille d’Erdogan de trafiquer du pétrole produit dans des régions contrôlées par Daesh. Le vice-ministre russe de la Défense, Anatoly Antonov, a déclaré fin 2016 que le fils et le beau-frère d'Erdogan trafiquaient le pétrole de Daesh.

"