Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Les périples de l’enfant gâté : Erdoğan charge son gendre d’améliorer l'image de la Turquie à l'étranger

dimanche 21/avril/2019 - 01:24
La Reference
طباعة

En violation de tous les protocoles présidentiels de gestion administrative de tout État, le président turc Recep Tayyip Erdoğan a l'habitude d'envoyer à l’étranger son gendre Berat Albayrak (époux de sa fille aînée) et le ministre des Finances en lieu et place du ministre des Affaires étrangères. Une attitude violant les protocoles présidentiels dans n'importe quel pays. Le dernier en date a été la visite du gendre d'Erdoğan à Washington cette semaine pour tenter de convaincre le président Donald Trump de ne pas imposer de sanctions à la Turquie, qui cherche à acquérir le système de défense antimissile russe S-400. Albayrak a prononcé un discours différent de celui prononcé par Erdogan à la télévision devant ses partisans.

Pour satisfaire le désir américain

Albayrak a déclaré à l'issue d'une réunion avec le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin, et le conseiller du président américain Jared Kushner, que la réunion était "constructive et positive" et qu'il était venu à Washington pour transmettre le message d'Erdogan au président Trump et lui faire part de ses salutations. Cela correspond même au désir américain.

L'Agence américaine Bloomberg a qualifié la visite de tentative du président turc de désamorcer un différend diplomatique entre les deux pays et d'empêcher l’effondrement de l'économie turque si Trump imposait des sanctions, comme ce fut le cas lors de la crise de la détention d’un pasteur américain en Turquie. Selon Bloomberg, Erdoğan n'a pas trouvé mieux que son gendre pour le charger de cette mission, d’autant plus qu’il se caractérise par un style calme de conversation et un bon anglais, moderne et capable de calmer les investisseurs américains inquiets pour la Turquie.

Visites d'amélioration de l’image

Ce n'est pas la première fois qu’Erdoğan envoie son gendre à l'étranger pour améliorer son image vis-à-vis d'un autre pays. En septembre dernier, Berat Albayrak (40 ans) s'est rendu dans la capitale allemande, Berlin, où il a affirmé que les relations de son pays avec l'Allemagne et l'Union européenne marqueraient le début d'une nouvelle ère : « Nous avons laissé la tension derrière nous ». Il s’agissait d'une visite préparatoire à la visite d’Erdoğan, qui a eu lieu plus tard, et qui a décrit l'Agence France-Presse de l'époque comme étant le prince héritier d’Erdoğan.

En 2016, Berat Albayrak a contribué à l'amélioration des relations israélo-turques et à la signature des accords entre le ministère de l'Énergie de l'époque et le ministère israélien de l'Énergie, en vue de prolonger l'oléoduc traversant la Turquie pour acheminer les gaz extraits des gisements de gaz israéliens en Méditerranée vers la Turquie et le continent européen. Les bonnes relations qu’il a avec le ministre israélien de l'Eau et de l'Énergie Yuval Steinitz ont contribué au renforcement de la coopération entre les deux pays dans les domaines de l’énergie.

Au cours de l’année écoulée, les relations américano-turques se sont détériorées et les premières sanctions ont été enregistrées, avec pour toile de fond la détention d’un prêtre américain en Turquie, Albayrak a voyagé dans les principaux pays européens, la Grande-Bretagne, l'Allemagne et la France, afin d'alléger le fardeau des sanctions américaines, avant qu’Ankara reçoive la demande américaine de libération du prêtre détenu.

Berat Albayrak est entré au Parlement turc pour la première fois en juin 2015 et a été nommé ministère de l'Énergie en novembre de la même année, signe du rapprochement entre les deux hommes. Il a accompagné Erdogan dans l'avion qui les avait menés à Istanbul, alors que l'espace aérien turc était truffé d’avions de putschistes.

Albayrak était près d’Erdogan lorsque celui-ci annoncé après l'atterrissage de l'avion à l'aéroport international Atatürk d'Istanbul l’échec du coup d'Etat.

Version turque de la contrepartie américaine

Certains le comparent à Jared Kushner, gendre du président américain Donald Trump, principal conseiller de la Maison-Blanche pour des tâches clés qu’il a. Dans le même ordre d'idées, Albayrak est le seul responsable turc, qui était aux côtés d'Erdogan, lors d'un déjeuner de travail avec Tamim (émir du Qatar), qui a donné lieu à des promesses de dons qataris de 15 milliards de dollars d’investissements directs en Turquie.

Avant d'entrer dans l'arène politique, AlBayrak dirigeait le groupe Çalık Holding, qui regroupe des entreprises du secteur textile, des secteurs de l'énergie et des médias, et qui détient le journal à grande diffusion Sabah. Il est détenteur d’un Master  en finance et sciences bancaires de l’Université Bayes de l'État de New York.

La presse a fait des allusions aux tensions au sein du gouvernement à cause d’AlBayrak, en particulier avec le ministre de l'Intérieur, Suleiman Sweileh, connu pour son discours enflammé, contrairement à AlBayrak.

 

"