Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Tel père tel fils. Bilal Erdogan vole la Turquie sous le couvert d'un travail de charité

lundi 22/avril/2019 - 09:05
La Reference
طباعة

Recep Tayyip Erdoğan est arrivé sur le trône avec l'aide de plusieurs personnalités du parti de la justice et du développement (AKP) dont Ahmed Davodoglu et Abdullah Gul, mais le président turc les a rapidement exclus de la vie politique, afin qu’ils ne contestent pas son pouvoir.

Croyant que son entourage a les mêmes caractéristiques que lui, Erdogan voulait assurer sa propre sécurité. Il a cherché à propulser ses fils sur la scène politique, afin de leur permettre de lui succéder à la tête du « califat familial ».

Bilal Recep Tayyip Erdogan est entré dans la sphère publique turque par le biais d'une association caritative appelée Turgav qui s'adresse directement à la jeunesse turque. Il a essayé d'embellir son père et du régime au pouvoir.

Bilal Erdoğan a fondé cette association en 1996, deux ans à peine après l’accession par son père à la présidence de la ville d’Istanbul, ce qui semble confirmer qu’Erdogan envisageait de prendre le contrôle du pays dès le premier jour de son apparition sur la scène politique turque.

Le malaise de Bilal Erdogan a commencé lorsqu'Omot Oran, représentant du parti d'opposition républicain, a décidé de soumettre en 2013 une interrogation parlementaire à Recep Tayyip Erdogan, alors premier ministre. Oran accusait Erdogan d’avoir facilité le transfert de terrains appartenant à l’Etat à son fils, à des prix inférieurs aux prix officiels.

Mais le gouvernement de l'AKP a continué à fermer les yeux sur les crimes du fils d'Erdoğan. Le gouvernement a octroyé à l’association un terrain d'une valeur de 600 millions de lires turques, avec droit d’exploitation pendant 30 ans, et la Fondation Bilal a annoncé la construction d'une université sur ce terrain nommée Ibn Khaldoun.  même si le terrain valait en réalité beaucoup plus que cela.

L'année suivante, la municipalité d'Istanbul a octroyé à l’association plus de 40 millions de lires pour services publics, avec le droit de louer des bâtiments gouvernementaux dans les quartiers proches d'Istanbul, selon le quotidien turc Sul Khobar.

Les scandales de la Fondation Turgav, propriété du fils d'Erdogan, ne se sont pas arrêtés là. Ils comprennent des transferts de propriété, des locations de dizaines d'établissements et de biens immobiliers gouvernementaux, ainsi que le blanchiment d'argent avec le gouvernement iranien, le tout sous les yeux d'Erdogan.

"