Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

La corruption du gendre d’Erdogan révèle ce qui était caché en Turquie

lundi 22/avril/2019 - 09:25
La Reference
طباعة

Le gendre d’Erdogan Bayrat al-Bayrak est impliqué dans des affaires de corruption, car l’année dernière, le procès d’hommes d’affaires impliqués dans une affaire de corruption pétrolière qui compte également un homme d’affaires turc du nom de Rida Darab, et des responsables turcs, a révélé des événements intéressants, car la société nationale iranienne de pétrole a accusé le gendre d’Erdogan d’avoir mis la main sur les fonds du pétrole iranien.

Au moment où l’indicateur de corruption internationale paru l’année dernière a révélé l’ampleur de la corruption en Turquie, alors que l’on craint que la poigne de fer d’Erdogan ne conduise à l’aggravation du phénomène dans le pays.

Bayrat al-Bayrak a 40 ans, et a épousé la fille aînée d’Erdogan en 2004, et son influence a augmenté ces dernières années. Avant son mariage, il était directeur du groupe holding turc Galik et l’un des plus éminents « tigres d’Anatolie » au parti de la Justice et du développement. Il a acheté le journal As-Sabah pour 1,5 milliard de dollars, et la chaîne d’informations Khabar après avoir obtenu un prêt de banques gouvernementales pour 750 millions de dollars. Il a laissé le groupe et s’est porté candidat aux élections sur la liste du parti Justice et développement en 2015, et est devenu membre du Parlement et quelques mois plus tard, est devenu ministre de l’Energie en 2015.

Le journal britannique The Independent a affirmé en décembre 2016 qu’il y avait des preuves fortes de l’implication d’Al-Bayrak dans des transactions avec Daech, et qu’il était lié à une société turque accusée d’acheter du pétrole à Daech lorsqu’elle contrôlait les puits de pétrole de Syrie et d’Irak en 2015 et 2016, ce que le gouvernement turc a nié.

La Russie a accusé la famille Erdogan de faire le commerce du pétrole produit dans les régions de Daech, en affirmant que le fils d’Erdogan, Bilal, et son gendre faisaient le commerce du pétrole vendu par Daech à des intermédiaires.

"