Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Les voleurs d’Ankara.. la corruption du fils d’Erdogan s’étend aux waqfs

mardi 23/avril/2019 - 06:53
La Reference
طباعة

Des enquêtes sur les problèmes de corruption réalisées durant les derniers mois ont révélé que Bilal Erdogan, le fils du président turc, avait mis la main sur les biens publics de Turquie avec l’aide de nombre de collaborateurs de son père, dont le secrétaire général de l’administration des Waqfs qui lui a octroyé des terres et des bâtiments pour une période de 49 ans sans contrepartie.

 

Bilal Erdogan dirigeait une institution qu’il prétendait être caritative dans le but de former les jeunes, mais ce waqf s’est rapidement étendu pour comprendre 21 logements étudiants, 3 centres d’accueil et 160 millions de lires, et il a commencé ses projets d’investissement dans les universités, et les jardins d’enfants, pour former une génération qui lui soit fidèle à lui et à son père.

C’est ainsi que Bilal a transformé le waqf en couverture pour ses transactions suspectes et ses opérations de blanchiment d’argent.

Les enquêtes ont indiqué que Bilal possédait d’énormes richesses qu’il a accumulées en utilisant le nom Erdogan, et malgré les affirmations de son père selon lesquelles son fils est un simple investisseur dans le domaine de l’alimentation, le député du parti du peuple républicain Barich Yardach a révélé que Bilal Erdogan possédait 15 restaurants et non pas 5 comme il le prétendait, et qu’il avait conclu des transactions avec une société brésilienne pour importer du café.

Bilal a aussi sous couvert de waqf mis la main sur 15 feddans des bords du lac de Sapanca, l’une des meilleures régions de Turquie, sous le prétexte d’élargir son waqf pour servir le peuple turc.

Notons que Bilal Erdogan est née en 1981 et que bien que ce ne soit pas le fils aîné du président, il a été le plus actif ces dernières années.

 

 

 

 

"