Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Aktay et le nouveau plan de la Confrérie

samedi 04/mai/2019 - 04:36
La Reference
طباعة

Maher Farghaly

Le 8 mars 2019, Yassine Aktai, conseiller d'Erdogan, a rencontré un certain nombre de dirigeants de l'organisation internationale des Frères musulmans, la plupart d'entre eux étaient des membres inconnus de la deuxième et de la troisième génération de la Confrérie. Cette réunion a donné lieu à une autre réunion le même jour dont la tenue a été délibérement transmise aux médias afin de "couvrir" la première réunion. La seconde réunion était avec un certain nombre de jeunes Frères. Il a été dit qu'ils ont discuté de l'extradition de Mohamed Abdelhafiz vers l'Egypte. Aktai leur a alors promis de ne pas les extrader. Ceci a été publié sur plusieurs sites. Mais la première réunion a eu lieu avec les vrais moteurs de la Confrérie des Frères musulmans (tous de nouveaux membres, principalement jeunes). Il a été question notamment du nouveau plan des Frères (les cinq bras de la Confrérie).  Les Frères musulmans sont aujourd'hui différents. Parlons des Frères et de leur nouvelle politique en Amérique du Sud. Et nous donnons l'exemple de la viande halal. Le mot halal n’est plus une méthode d'égorger un animal pour qu'il soit licite à consommer, c'est une véritable économie qui se chiffre en milliards, qui passe par les centres islamiques et qui est aux mains d'une poignée de personnes dépendantes des frères musulmans !

La valeur des viandes halal, qui parviennent en Egypte, en Arabie saoudite et aux Emirats arabes unis, s’élève à 14 milliards de dollars par an. Au Brésil, cette industrie est dominée par deux hommes à savoir Ahmad al Saifi, qui doit rencontrer aujourd'hui le ministre saoudien des wqafs Abdullah al-Samil et Mohammed Hussein al-Zoghbi.

Al-Zoghbi accuse Al-Saifi d’être un Frère musulman tandis qu'Al-Saifi accuse Al-Zoghby d'implication dans des activités liées à la drogue. Al-Saifi dispose d’une très grande équipe médiatique et travaille avec des journalistes égyptiens, qui reçoivent des milliers de dollars par mois pour publier les nouvelles de ses réunions et de ses exportations aux institutions égyptiennes. Pourtant, il y a 65 ans, cet homme était pour les Frères le portail d'entrée en Amérique du sud. Al-Saifi est membre de la Gamaa Islameya au liban. Tous les prédicateurs dits de l’Éveil en Arabie saoudite passaient obligatoirement par son institution. Il a dépensé beaucoup d'argent pour former 150 "prédicateurs"  de la région du Golfe. Ils sont aujourd'hui au nombre de 1000. Leur tâche est superviser le buisness de la viande Halal.

Les producteurs de poulets paient un dollar sur chaque poulet pour bénéficier du sceau (halal). Etant donné que ce buisness est très rentable, on dénombre aujourd'hui au Brésil plusieurs grandes sociétés qui opèrent dans ce domaine dont :

Le groupe l'abattage Halal, une société brésilienne affiliée au centre de la Da'wa islamique en Amérique latine et son fondateur, Ahmed Saifi.

Sibal, une société brésilienne affiliée au Centre islamique brésilien pour les aliments halal, branche active de l'union des associations islamiques au Brésil, dont le propriétaire est Mohamed Hussein Al-Zoghbi.

Halal Foods, une société brésilienne relevant du Centre islamique brésilien et son secrétaire général, Nasser Khazraji.

Une société iranienne.

Ces associations principalement à but non lucratif sont devenues des institutions gigantesques car elles sont rémunérées pour vendre le sceau Halal.

Après l'évacuation du sit-in de Rabaa en Egypte, Al Saifi a organisé avec des prédicateurs et des imams du ministère égyptien des wqaf résidants au Brésil, des manifestatio. Ils ont brandi les slogans de Rabaa. Ils ont été démis de leurs fonctions, mais ont été réintégrés après avoir prêté serment de fidélité aux autorités égyptiennes.

On a commencé à comprendre comment ces institutions se sont infiltrées au sein de la Ligue des Etats islamique en Arabie saoudite et du Forum mondial de la jeunesse musulmane (contrôlé par les Frères musulmans). Lorsque Mohamed Al-Issa a assumé la responsabilité de la Ligue, il a annulé les contrats d'un millier de prédicateurs d’Europe et en Amérique. Mais le Forum est resté inchangé.

Le fils d'Al-Saifi a déclaré : « Nous ne dépendons pas des Frères musulmans et nous ne suivons pas Sissi, nous faisons du buisness c'est tout !

Le ministère koweïtien des wqafs a annulé les contrats de 453 prédicateurs en Europe accusés de soutenir les groupes terroristes sur recommandation de la Grande-Bretagne durant les discussions sur la possibilité de déclarer les Frères musulmans organisation terroriste.

Toujours au Brésil, plus précisément à Foz, des rapports de la CIA confirment les activités iraniennes en matière de viande halal, ainsi que les très importantes activités de trafic de drogue du Hezbollah et les rivalités entre les branches libanaises (Saifi-Zoghbi-Hezbollah).

Il y a aussi l'Institut international de la pensée islamique, doté d'un budget d'environ 2 milliards de dollars, qui a supervisé la soi-disant islamisation du savoir. La banque Al-Rajhi Bank en Arabie saoudite a retiré son financement à cette institution suite à des informations sur ses relations avec la confrérie des Frères musulmans, ainsi que sur ses relations avec les organisation CARE en Amérique du Nord, Esna, et Mas Foundation,  toutes appartenant aux Frères musulmans et ayant des structures différentes.

L’un des points du nouveau plan consiste à changer les noms des organisations qatariennes et leur donner de nouveaux noms comme Qatar Charity, devenue Nectar Trust, et aussi de réduire le rôle du Qatar en faveur du rôle Turc. Les Turcs géreront directement ces dossiers. Il a également été convenu que Gamal Badawi (Canada) s'occupera du dossier de l’éducation et tentera de contrôler les institutions éducatives appartenant à Fethullah Gullen, en les rachetant ou en les concurrençant en proposant une meilleure alternative.Wadah Khanfar supervisera le dossier des médias et Azmi Bishara s'occupera de l'achat des centres de recherche.

A E

Le prochain épisode portera sur le commerce de la drogue et les courants islamistes.


"