Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Période de vaches maigres pour Téhéran : L'impact des crises sur le rôle régional de l'Iran

dimanche 05/mai/2019 - 09:05
La Reference
طباعة

L’Iran a connu de nombreuses crises depuis la révolution de la République islamique, y compris les défis internes qui l’entouraient et menaçaient de survivre, tels que la rébellion kurde qui a débuté avec la révolution en 1979, les manifestations à Tabriz, capitale du territoire azerbaïdjanais… ainsi que les défis sécuritaires pour faire face aux soulèvements et aux manifestations notamment en 2009. Ou encore des crises liées aux sanctions répétées qui lui ont été imposées pendant des décennies, entre autres.

L’Iran a reussi à faire face aux défis auxquels il a été confronté ont réussi à s'en sortir par des stratégies d'adaptation ou moins de pertes, en recherchant des alternatives et en les contournant pour atteindre ses objectifs, en refusant d'abandonner sa foi basée sur le projet persan. 

Malgré l'expérience historique de la crise iranienne face à la crise, l'ampleur des défis auxquels Téhéran est confronté est devenue de plus en plus menaçante et pressante, en particulier depuis l'arrivée du président Trump  à la tête des Etats-Unis et de Mike Pompeo et John Bolton, respectivement Secretaire d’Etat et conseiller en sécurité nationale, connu pour leur hostilité à la politique de Téhéran.

La crise a également pris une dimension plus intense, y compris interne et externe, un défi qualitatif sans précédent pour l'Iran, un test très difficile de la révolution islamique elle-même et de la viabilité du régime, de la politique étrangère iranienne et de sa capacité de résistance. 

Des manifestations répétées et un ensemble de sanctions sans précédent dans l'histoire de l'Iran

La sortie des États-Unis de l'accord nucléaire entre Obama et l'Iran en 2015 a été un coup dur porté à Téhéran, non seulement parce que le président Rohani et le ministre des Affaires étrangères, Javad Zarif, ont perdu la carte le plus important, mais ont aussi entraîné une nouvelle ligne de sanctions. Bien que Téhéran ait fait l'objet de sanctions dans le passé, les derniers bouquets de sanctions sont les plus puissants de l'histoire de l'Iran, en particulier dans la mesure où ils s'étendent à des secteurs stratégiques tels que les banques, la construction, les exportations de pétrole, les transactions avec les banques centrales, etc.

Les sanctions US visent les entreprises internationales qui s'apprêtaient à investir en Iran, dans l'espoir que le système élimine les problèmes de pauvreté et de chômage qui touchaient de larges couches de la population, où le taux de chômage atteignait plus de 20%, et l'impact des mesures prises par le gouvernement pour lever le soutien à certains biens et services.

 

Le peuple iranien sous le seuil de pauvreté

En dépit des tentatives de certains pays européens pour aider Téhéran à maintenir des opportunités économiques avec eux et à mettre en place un mécanisme financier pour réduire l'impact de ces sanctions, ces mesures n'ont pas permis de surmonter la crise, qui s'est traduite par l'émergence d'un mouvement de protestation à l'intérieur de l'Iran à la fin du mois de décembre 2018, qui s'est étendu aux débuts 2019, et a touché de nombreuses provinces et territoires iraniens.

 

Export Zéro: Mettre fin aux exemptions pétrolières iraniennes

Pour diverses raisons, les États-Unis avaient accordé des exceptions à huit pays importateurs de pétrole iranien: Italie, Chine, Inde, Japon, Corée du Sud, Turquie, Grèce, Taïwan. Cependant, récemment, le président Trump a mis fin à ces exemptions depuis début mai 2019, mettant en garde contre les conséquences de l'importation de pétrole iranien, afin de maximiser les pertes et de ternir les exportations de pétrole de Téhéran dans la mesure où l’Iran en dépend d'au moins 40% à 50% des revenus de l'État.

Les sanctions américaines ont réussi à priver le régime iranien de 10 à 15 milliards de dollars environ, ce qui affecte le soutien de milices iraniennes telles que le Hezbollah au Liban, le groupe Ansar al-Houthi au Yémen et la Force Qods, branche militaire de la Garde révolutionnaire iranienne, qui opère en Syrie et Yémen et une certaine coordination avec la foule populaire en Irak.

Une telle mesure visant à mettre un terme aux exemptions pétrolières exacerberait la crise à Téhéran non seulement par sa capacité à soutenir ses opérations à l'étranger, mais également en avertissant de l'ampleur des manifestations et de la menace qu'il fait peser sur le régime. Alors que le taux de déflation dans l'économie iranienne atteignait 6%, le taux d'inflation atteignait 51,4% et l'Iran passait de la troisième à la quatrième place dans le classement des plus grands pays producteurs de pétrole de l'OPEP après l'Arabie saoudite, l'Irak et les Émirats arabes unis . Malgré les réserves de la Chine, premier importateur mondial de pétrole, lié à des crises économiques avec les États-Unis d'Amérique récemment, la Turquie, qui dépend de 40% du pétrole iranien.

"