Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Un Australien invente un « missile Daesh » qui le mène en prison pour 25 ans

dimanche 09/juin/2019 - 04:54
La Reference
طباعة

Dans un endroit calme hors de la ville de Young, en Nouvelle-Galles du Sud (Australie), un électricien au chômage, Hazem Zahab, travaillait à la conception de systèmes d'armement pour Daesh.

Au cours de son procès, Zahab (or, en arabe) a abandonné le groupe terroriste, mais le juge lui a demandé s'il l'avait démissionné pour encourir à une peine moins sévère, étant donné son verdict sera prononcé le mois prochain pour avoir soutenu le groupe terroriste.

Des photos de la Cour suprême de Nouvelle-Galles du Sud montrent six missiles expérimentaux dans son jardin, une simulation informatique de ses projets de missiles et un dispositif qu'il a conçu pour aider le groupe terroriste à détecter les missiles.

Le « Faux or »

Les images sont contenues dans un ensemble d’enquêtes publiées après que l'homme de 44 ans eut plaidé coupable d'avoir soutenu une organisation terroriste, une accusation pouvant aller jusqu'à 25 ans de prison.

Zahab a été arrêté en 2017 lorsque la police fédérale a pris d'assaut sa petite ferme au petit matin après une enquête de 18 mois sur les membres de sa famille qui avaient quitté l'Australie pour participer à la guerre civile en Syrie.

Selon le site web (10daily.com.au), C’est à la mi-2014 que Zahab a commencé à utiliser Twitter pour partager la propagande en faveur de Daesh et envoyer des messages à d'autres partisans du groupe terroriste en utilisant les applications de messages cryptés.

Six mois plus tard, il a recherché des armes à guidage laser sur Internet, notamment un récepteur d’alerte laser sur le champ de bataille - un dispositif pouvant émettre un son lorsqu’il détecte des munitions à guidage laser.

Selon le journal, Gold a utilisé une imprimante 3D pour couvrir l’appareil, connecter les fils, les commutateurs, les commutateurs et créer des circuits détaillés à l’intérieur.

En février 2015, il avait rédigé un rapport de 288 pages résumant son travail et l'envoyant à un contact à l'étranger pour commentaires et rédaction: « J'attends d'autres commentaires après que les techniciens l'aient examiné », a-t-il écrit.

Au cours des mois suivants, il a continué à améliorer son design et son appareil, tout comme il a enregistré une vidéo de 57 minutes montrant ses tableaux avec une musique en fond sonore.

Roquette « Al Maghreb »

En juin 2015, Zahab s’est focalisé sur les missiles, que Daesh avait commencé à fabriquer à une échelle sophistiquée. Après avoir utilisé Internet pour fouiller l'hélice de la fusée, il a commencé à tester des missiles dans son jardin.

Il a ensuite conçu plusieurs missiles différents et a utilisé le programme de simulation sur ordinateur pour tester leurs capacités, notamment une roquette de six mètres appelée « Al Maghreb », marquée par un slogan de Daesh marqué sur l’arme à feu.

En août 2015, l’autorité de contrôle des téléphones lui a enregistré un appel quand il a contacté le revendeur eBay auprès duquel il avait acheté un kit de lancement de fusée. Un schéma manuscrit a été retrouvé sur un disque dur.

Alors que le juge de la Cour suprême, Jeffrey Bellow, se demandait comment Zahab aurait pu vivre dans une "bulle" quand il y avait « des reportages diffusés dans les médias » évoquant des méfaits de Daesh », l'accusé s'est dit convaincu qu'il « faisait quelque chose d'incroyablement bien.

"