Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Elections européennes : indices de baisse de la vague d'extrémisme en Allemagne

dimanche 09/juin/2019 - 05:01
La Reference
طباعة

Les résultats des dernières élections européennes ont révélé un changement dans l'interaction de l’opinion allemande avec les divers courants politiques, qui a connu des années pendant lesquelles la scène politique s'est centrée sur les attaques d'extrémistes islamistes et l'exploitation de l'extrême droite pour accéder au pouvoir.

La plus grande surprise a été la baisse de popularité de l'extrême droite à l’échelle européenne, avec environ 11% des voix, soit un résultat inférieur aux résultats des élections législatives de 2017. Mais ce n’est pas la seule popularité de l'extrême droite qui a baissé mais celle d'Angela Merkel aussi. Le parti a perdu sept points par rapport aux dernières élections, à 22,6%.

Les socialistes démocrates alliés à Merkel n'ont pas non plus obtenu de bons résultats, avec 15% des voix, soit une baisse de plus de 11 points par rapport aux élections précédentes.

Le Parti Vert, les environnementalistes, est devenu la deuxième force politique du pays avec 20,5% des voix.

Un vent de changement

Les observations les plus importantes sur ces élections sont le nombre de participants, avec le taux de participation le plus élevé depuis 20 ans, avec une participation d'environ 51% des électeurs, le taux le plus élevé depuis 1994, ainsi que la participation des jeunes à se tenir face aux partis d'extrême droite.

Les jeunes électeurs étaient également clairement préoccupés par les problèmes liés au changement climatique. Ils ont donc voté pour les Verts aux dépens du parti de Merkel et de ses alliés.

Ce n'est pas le seul changement dans la scène, les groupes islamistes ont également diminué leur présence, le pays n'a pas été témoin d'attaques terroristes de représailles suite à la défaite de l'organisation «Da'ash» en Syrie et en Irak, comme certains le craignaient, et les services de sécurité ont également pris de nouvelles mesures pour mieux faire face au danger.

Le gouvernement allemand a mis en place une section de surveillance de la criminalité et réuni le personnel de divers départements. Merkel a inauguré à Berlin en février dernier le nouveau siège du Service fédéral de renseignement, en

allemand Bundesnachrichtendienst (BND), pour devenir le plus grand quartier général du renseignement dans le monde, couvrant un espace égal à 36 stades de football.

L’interdiction de voyager à l’étranger a été restreinte aux islamistes connus pour les empêcher de se rendre en Syrie et en Irak.

Le gouvernement allemand a approuvé en avril dernier un projet de loi visant à dissuader les futurs militants de se rendre à l’étranger pour combattre contre des groupes terroristes, qui appartiennent à des organisations terroristes.

Comment était la situation ?

À l'été 2016, un demandeur d'asile afghan a blessé cinq personnes à coups de hache et de couteau dans un train à Würzburg, dans le nord du pays, avant que la police ne puisse le tuer.

Ce fut le début d'une série d'attaques terroristes qui modifièrent le paysage politique en Allemagne et furent exploitées par l'extrême droite pour entrer au Parlement allemand, le Bundestag, pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale.

La police allemande dans le Bade-Wurtemberg a déclaré qu'un demandeur d'asile syrien avait tué une femme et blessé deux personnes à coups de machette dans le centre-ville de Rütlingen, dans le sud-ouest de l'Allemagne, en juillet 2016, avant d'être arrêté.

Dans la ville d'Anzbakh, un demandeur d'asile syrien a fait exploser un engin explosif qui a provoqué son décès et fait 12 blessés. Le jeune homme avait déposé une demande d'asile un an avant l'exécution de l'incident et sa demande avait été refusée.

L’attaque la plus terrifiante de l’Allemagne a eu lieu en décembre 2016, lorsque les Allemands envisageaient de célébrer Noël, le Tunisien Anis al-Amri envisageait de faire écraser un camion sur un marché de Noël à Berlin, faisant 12 morts et 49 blessés.

Al-Amiri a été tué après avoir pris la fuite à Milan au cours d'affrontements avec la police, qui avait adopté l'attentat qui l'a précédé, mais qui a provoqué une vive réaction de la part de toutes les parties de la société allemande, même la chancelière Merkel, qui a déclaré la peine maximale et la plus sévère.

"