Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Tentatives iraniennes désespérées pour déstabiliser l'Arabie saoudite, Les experts: le chaos provient de Téhéran et non de Riyad

samedi 15/juin/2019 - 02:11
La Reference
طباعة

A la lumière des crimes et des violations commis récemment par l'Iran et ses branches, et avec la reconnaissance de nombreux pays du monde que l’Iran soutient le terrorisme, le régime des mollahs tente de détourner l'attention en accusant fortuitement certaines parties dans la région.

Essais de nuire l’Arabie

Le chef de la commission Sécurité nationale et Politique étrangère du Parlement iranien, Hashmatullah Fallah Bishah, a accusé le Royaume d’Arabie saoudite d'avoir tenté d'entraîner la région dans le "chaos".

« Cibler l'Ambassade américaine (en Irak) et inviter l'Arabie saoudite à organiser un sommet arabe d'urgence font tous deux partie de la politique saoudienne visant à entraîner la région dans le chaos », a déclaré Bishah, cité par l'agence de presse officielle IRNA. Il a ajouté que « le fait que le Congrès brouille la recherche de la vérité sur les événements du 11 Septembre était une trahison du peuple américain ».

Le chaos est une fabrication iranienne

Ossama al-Haytami, chercheur sur la question iranienne, a dit dans une déclaration exclusive à La Référence: « Tout le monde sait que le chaos régnant dans la région, et depuis des années, est à l’origine de la politique iranienne qui ne cesse de s’immiscer dans les affaires des pays de la région et tente constamment de renforcer son influence ».

« Par conséquent Téhéran veut électriser la situation et créer le chaos à travers ses branches. Le plus récent est ce que nous témoignons ces derniers temps quand les Houthis ont ciblé des installations pétrolières et des aéroports saoudiens au moyen d'aéronefs, ce qui n’est pas un secret pour personne. Ces engins sont fabriqués par l’Iran qui aide aussi à leur utilisation. L’Iran entend exercer une pression sur le royaume après l’escalade des tensions entre Téhéran et Washington, » a-t-il indiqué.

Il a également souligné qu'il était étrange que certaines déclarations de Hashmatullah Fallah Bishah, tentant de prouver les accusations portées contre le

Royaume, relèvent de la moquerie, « car l'homme a cité l’attaque contre l'Ambassade des USA en Irak et l'appel du Royaume à un sommet arabe d'urgence constituent clairement une accusation, selon laquelle l’Arabuie était responsable de ciblage de l'Ambassade étasunienne en Irak. Ce qui est bien sûr contraire à la logique et à ce que confirment des informations selon lesquelles le missile, qui visait la zone verte près de l'Ambassade américaine, avait les similitudes avec les missiles fabriqués en Iran. Et que ces missiles sont détenus par des milices chiites irakiennes pro-iraniennes. »

Le chercheur spécialisé dans les questions iraniennes de déclarer: « Le fait que l’Iran ne mette pas un terme à de telles opérations anarchiques signifie, selon la perception iranienne, que Téhéran subit des pressions américaines. Ce qui signifie que l’Amérique augmentera la pression car ces opérations de sabotage réduiront ces pressions car elles ne participeraient pas directement à une guerre. Il n'a pas utilisé ses capacités militaires et, par l'intermédiaire d'un petit groupe pro-yéménite au Yémen, les Houthis, ils ont réussi à se livrer à des actes de sabotage ».

"