Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Guerre froide : menaces américaines graves et déclarations iraniennes creuses

samedi 15/juin/2019 - 02:18
La Reference
طباعة

A la lumière de l'escalade du conflit entre les États-Unis et l'Iran et les échanges d’accusations et de menaces de part et d’autre, particulièrement avec le déploiement dans le Golfe du porte-avions Abraham Lincoln et de bombardiers B-52 pour faire face à la menace iranienne et décourager les branches de Téhéran dans la région, les discussions se poursuivent sur la gravité ou non de cette guerre.

Echanges de déclarations

Malgré les menaces persistantes des Etats-Unis et de l'Iran, mais les choses ne vont pas au-delà du cadre des déclarations et menaces, la dernière de ces menaces a été un tweet du président américain. Donald Trump a promis de détruire l'Iran en cas d'attaque contre les intérêts américains.

« Si l’Iran veut se battre, ce sera la fin officielle de l’Iran. Plus jamais de menaces à l’encontre des Etats-Unis », a lancé dimanche Donald Trump sur Twitter. Les tensions entre Washington et Téhéran se sont exacerbées.

Alors que le Pentagone a annoncé que l'objectif de la mobilisation des forces américaines dans le Golfe était de dissuader l'Iran de déclencher une guerre contre les USA, soulignant que la mobilisation des forces américaines était pour empêcher les attaques iraniennes contre « nos forces dans la région et empêcher l'Iran de commettre des actes non calculés contre les États-Unis et ses intérêts dans la région ».

Le président iranien Hassan Rohani a dit que ces déclarations indiquaient que son homologue américain, Donald Trump, avait retiré ses menaces à l'Iran parce que ses conseillers militaires lui avaient conseillé de ne pas entrer en guerre avec Téhéran, selon le bureau d'information présidentiel iranien.

« La Maison Blanche a déclaré que la nation iranienne devrait avoir peur, et quelques heures plus tard, le président apparaît sous la pression du Pentagone et s'excuse: il ne cherche pas à envahir l'Iran, cela montre la force de notre nation », a-t-il déclaré.

Rohani d’ajouter que « la Umma iranienne » résisteront aux sanctions et aux pressions américaines qui ont rendu la vie difficile pour les Iraniens, et ne céderont pas au harcèlement de certaines forces ».

Étapes sérieuses

L'analyste politique irakien Abdul Jabbar al-Jubouri a indiqué dans une déclaration à La Référence que l’administration américaine était « sérieuse face au projet iranien et à la marée perse », soulignant que les États-Unis n’étaient pas venus « passer un pique-nique dans les eaux du golfe Persique, en particulier après la mobilisation des armées et des porte-avions, et l'ouverture de ses bases militaires autour de l'Iran, en plus de la préparation et la mobilisation de l'arsenal français, britannique et arabe dans le golfe Persique ».

Al-Jubouri a souligné que les États-Unis étaient venus « pour mettre fin à l'expansion de la marée perse et au démantèlement et à la fragmentation du projet iranien mondial d'expansionnisme », annoncé par les dirigeants de Téhéran et leurs alliés.

L’analyste politique irakien a expliqué que le plus important était cette menace iranienne était devenue une menace réelle pour la stratégie et Téhéran dans la région. Indiquant que ce projet iranien doit être compromis et mis en œuvre le plus rapidement possible, peu importe les sacrifices consentis.

"