Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Yémen - Autorités de fait accompli : Hausse du nombre des femmes suicidaires dans les prisons des Houthis

samedi 15/juin/2019 - 02:19
La Reference
طباعة
L'organisation yéménite de lutte contre la traite des êtres humains a révélé que deux des femmes enlevées et incarcérées dans les prisons des milices houthies à Sanaa, se sont suicidées, tout en attirant l'attention sur le fait que les femmes croupissant dans les prisons appartenant aux Houthis vivent dans des conditions horribles, inhumaines et désastreuses, et sont exposées aux violences et agressions sexuelles. 
 Dans une déclaration officielle dont "La Référence" s'est procuré une copie, elle a affirmé : "L'organisation yéménite de lutte contre la traite des êtres humains suit avec beaucoup de regret la poursuite par les autorités de fait accompli dépendant des Houthis, des violations horribles contre les femmes incarcérées dans des prisons secrètes vivant dans des conditions désastreuses et inhumaines. 
 "Les responsables des milices houthies, ajoute-t-elle, ont refusé de répondre favorablement aux sollicitations humanitaires de mettre fin aux pratiques dégradantes et inhumaines contre les femmes, ce qui a poussé certaines victimes parmi elles à se suicider, et ce à cause de ce qu'elles subissent de violences et d'agressions sexuelles". 
 L'organisation a constaté récemment le suicide de deux femmes dans les prisons des Houthis : la première des deux femmes à s'être donné la mort se trouvait dans une des prisons secrètes des milices, tandis la deuxième était à la prison centrale, au cours du mois de Ramadan. 
 L'organisation de lutte contre la traite des êtres humains a en outre indiqué avoir recensé auparavant deux autres cas similaires de suicide, ce qui élève le nombre des femmes suicidaires à quatre, tout comme elle a recensé 9 autres cas de tentative de suicide parmi les femmes prisonnières. Et de révéler également que les miliciens houthis ont transféré plus de 90 femmes de prisons secrètes à la prison centrale de Sanaa et qu'ils ont changé les policières gardiennes des lieux par de nouvelles recrues femmes dépendant des Houthis.
"