Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Le colloque du CEMO à Paris… Un historien européen : les Anglais détestaient le fait que la relation entre l’Egypte et la France soit forte

lundi 24/juin/2019 - 01:02
La Reference
طباعة


Pierre Branda, historien spécialiste du Premier Empire, a affirmé que les Anglais ont longtemps détesté le fait que la relation entre la France et l’Egypte soit forte, et ont tenté d’intervenir pour limiter cette force, ce qui les a poussés à entrer en contact avec les dirigeants égyptiens et à chercher à réaliser le Canal de Suez.

Il a ajouté lors de son intervention au colloque du CEMO à Paris sous le titre « Pour un dialogue permanent entre les deux rives de la Méditerranée » aujourd’hui lundi que les Anglais étaient effectivement parvenus à renforcer leur présence en Egypte grâce à l’évolution de leurs relations avec certains dirigeants.

Il a poursuivi en disant que certains historiens avaient découvert les progrès manifestes de l’Egypte durant la période des relations fortes entre ce pays et la France.

Cela est intervenu dans le cadre des travaux du colloque du Centre d’études du Moyen-Orient dirigé par le journaliste Abdelrahim Ali, sous le titre « pour un dialogue permanent entre les deux rives de la Méditerranée ».

Le colloque discutera les questions de coopération entre l’Europe et les pays du Bassin méditerranéen et à leur tête l’Egypte, dans les domaines du terrorisme, de la lutte contre l’émigration illégale, et de l’enseignement et de l’eau.

Le colloque aura lieu en marge du Sommet des deux rives de la Méditerranée, sous le patronage du président français Emmanuel Macron et qui se tiendra à Marseille les 23 et 24 juin 2019.

Le Centre des Etudes du Moyen-Orient à Paris (CEMO) profite de cette excellente initiative française pour ouvrir à Paris les dossiers brûlants qui nuisent à la relation historique entre les nations des deux rives de la Mer méditerranée, soit selon l’étymologie latine du terme, « la mer du milieu des terres ».

Outre l’éternel conflit israélo-palestinien, source invisible de tant d’extrémisme et de violence dans le monde d’aujourd’hui, les conséquences désastreuses du fameux Printemps arabe n’ont pas arrangé les choses.

"