Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Le colloque du CEMO à Paris… Pierre Berthelot : l’énergie solaire est utilisée pour le dessalement de l’eau de mer

lundi 24/juin/2019 - 02:25
La Reference
طباعة


Pierre Berthelot, chercheur associé à l’Institut perspective et sécurité en Europe et conseiller à la fondation méditerranéenne d’études stratégiques, a affirmé qu’il y avait des tensions avec la Syrie sur la question de l’eau, et avec les pays qui n’avaient plus la possibilité de se comporter librement sur la question de l’eau, ajoutant que la Turquie en faisait le commerce avec le Kurdistan irakien.

Il a ajouté : « Il y avait des problèmes concernant le dessalement de l’eau et son coût était énorme auparavant, mais ce coût a été réduit aujourd’hui, et il est possible d’utiliser l’énergie solaire. Ainsi, le Maghreb possède des sociétés qui utilisent l’énergie solaire, et les entreprises françaises et chinoises ont réalisé de grands progrès dans ce domaine ».

Berthelot a poursuivi en disant : « Nous faisons fonctionner certaines usines à l’énergie solaire, et concernant l’agriculture qui consomme beaucoup d’eau, nous devons réfléchir à des techniques agricoles qui ne consomment pas beaucoup d’eau ».

Cela est intervenu dans le cadre des travaux du colloque du Centre d’études du Moyen-Orient dirigé par le journaliste Abdelrahim Ali, sous le titre « pour un dialogue permanent entre les deux rives de la Méditerranée ».

Le colloque discutera les questions de coopération entre l’Europe et les pays du Bassin méditerranéen et à leur tête l’Egypte, dans les domaines du terrorisme, de la lutte contre l’émigration illégale, et de l’enseignement et de l’eau.

Le colloque aura lieu en marge du Sommet des deux rives de la Méditerranée, sous le patronage du président français Emmanuel Macron et qui se tiendra à Marseille les 23 et 24 juin 2019.

Le Centre des Etudes du Moyen-Orient à Paris (CEMO) profite de cette excellente initiative française pour ouvrir à Paris les dossiers brûlants qui nuisent à la relation historique entre les nations des deux rives de la Mer méditerranée, soit selon l’étymologie latine du terme, « la mer du milieu des terres ».

Outre l’éternel conflit israélo-palestinien, source invisible de tant d’extrémisme et de violence dans le monde d’aujourd’hui, les conséquences désastreuses du fameux Printemps arabe n’ont pas arrangé les choses.
"